27 déc. 18

France/Guyane - Une journée dans la Guyane du Sud

10 ans se sont écoulés depuis cette année en Guyane. Déjà. Une autre époque. La vingtaine. Une autre réalité professionnelle. Mais avec cette chance infinie de vivre à l'époque du Web, il devient possible de continuer à lire et s'enrichir de ces petites expériences du quotidien. Via le web, il devient possible de se connecter à des activités humaines lointaines. Ecrivons une dernière fois sur la Guyane avec les photos des expériences et vécus de quelques copains de l'époque.

Débat mouvant par ici, débat mouvant par . Ou comment cet outil, fréquemment utilisé dans le monde de l'éducation populaire, l'est aussi dans ce petit coin d'Amazonie qu'est la commune de Maripa-Soula, par les agents du Parc amazonien de Guyane, dans le cadre de la semaine du développement durable. Les trente participants ont été invités à se positionner (physiquement!) en fonction de leur point de vue (d'accord/pas d'accord) vis-à-vis de sujets volontairement controversés:

- Un hôpital oui, payer non !

- N'importe quel Maripasoulien a le pouvoir de décider !

- L'abattis, c'est l'avenir !

Durant deux heures, ils ont débattus, défendu des arguments, se sont laissés parfois convaincre par le camp d'en face.

Maripa-Soula

Débat mouvant à Maripa Soula (photo d'ici)

Dave, un copain de l'époque, exerce une variété d'activités en lien avec le développement local en Guyane. L'une d'entre elle, présenté dans le numéro 21 de la revue "Une saison en Guyane", a consisté en la réalisation d'un documentaire présentant un rite de passage à l'age adulte d'un lycéen amérindien, au sein de la commune de Camopi: le Maraké. Comme l'indique sa page Wikipédia, le Marake est un rituel de passage de la puberté à l'âge adulte chez les jeunes Amérindiens du plateau des Guyanes, et constitue un moyen privilégié pour renforcer la cohésion du groupe et celle de la communauté. Son documentaire en est un beau témoignage...dans cette interview est présenté l'origine du documentaire: "pourquoi ce documentaire ? C'était une invitation de la part du chef coutumier Wayampi, à filmer les danses Wayampi, pour conserver notre mémoire et pouvoir les montrer aux futures générations." En le regardant, on y voit une femme amérindienne expliquant la légende de la fourmi dans le Maraké : "c'est l'histoire d'un homme, un chasseur qui un jour avait tué des vautours...furieux, le grand chef des vautours descend de son royaume pour capturer l'homme. Il lui dit: maintenant, tu seras mon serviteur, va me chercher de l'eau. L'homme se rend à la rivière...en recueillant l'eau de la rivière, il constate que sa callebasse est percée de toute part. L'homme se demande : comment vais-je faire ? Sur son chemin, il rencontre la fourmi noire toucango. Il lui dit: je dois aller chercher de l'eau pour le chef des vautours, mais la callebasse est trouée. La fourmi prend la callebasse, la remplit d'eau et comme par enchantement l'eau reste à l'intérieur. L'homme se demande : quel est ce prodige ? Curieux, il touche l'eau et toute l'eau se renverse. Il se dit: comment vais-je faire maintenant ? Au loin, il aperçoit de nouveau la fourmi noire et il l'appelle, et de nouveau la fourmi vient l'aider. L'eau reste dans la callebasse, bien qu'elle soit trouée. L'homme rapporte donc la callebasse de nouveau, au grand-chef vautour. Depuis ce jour, la fourmi est l'alliée de l'homme. C'est elle qui lui transmet le savoir."

Marake de Brandon2

Le Marake de Brandon (photo d'ici), sur l'Oyapock.

Un autre jour, Jody, un autre copain de l'époque, photographe (re)connu dans le département, est peut-être en train de couvrir une manifestation de ses belles photos dont certaines se retrouvent sur la toile.

Photos Jody 1

Jody

Et puis, ici ou là, une variété d'acteurs contribuent à la vie du Parc. Certains sont des scientifiques qui travaillent sur une variété de projets de recherche dans le but de mieux connaître les milieux naturels guyanais. D'autres sont des agents techniques divers et variés.

parc2

Agents du parc amazonien de Guyane (photos du parc)

Photo Parc

Connaissez-vous cette espèce ?  Grenouille taupe-étoilée, crapaud fouisseur ou grenouille à nez de porc... autant de surnoms pour la Synapturanus sp. qui a la particularité de vivre sous terre. Elle a été découverte sur le Mont Itoupé en 2016.

Photo parc 2

Voilà, clôturons cet article et la thématique "Guyane" en citant cette affirmation de mon manager de l'époque: "en un an ici, tu as juste dégrossi les grandes lignes du département. Il faut beaucoup plus de temps pour le connaître"...et laissons-nous imaginer quelques tranches de vie terrestre sur la base de ces petites rencontres internationales que le quotidien permet de faire facilement au jour d'aujourd'hui en Europe. A bientôt !

Photo Parc Guyane

Posté par Emmanuel_M à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 mars 16

France/Guyane - Flashback : Annemasse, septembre 2008

Il est toujours intéressant de capitaliser sur une expérience de mobilité internationale ou ultramarine en la resituant dans un contexte plus général ou sociologique. En effet, l'historique de ce blog présente notamment une expérience personnelle et professionnelle d'un an en Guyane française...or, pour un métro lambda n'ayant pas beaucoup voyagé avant 2007, cette expérience est forcément assez intense, car le territoire guyanais offre beaucoup de "nouveautés" par rapport au bassin lémanique. Or, ma connaissance de la Guyane, avant cette expérience, se résumait à quelques grandes représentations et images floues sur le territoire.

P1020930 P1010585 P1020967

Les quelques images floues que j'avais de la Guyane avant de partir : le spatial, les bestioles, la forêt. Habituel, comme on va le voir.

La lecture d'une thèse de doctorat en sociologie sur les métropolitains en Guyane, soutenue il y a 10 ans par Marion Thurmes, téléchargeable sur la toile, offre une variété d'informations sociologiques sur les métros, de quoi continuer à capitaliser sur cette petite expérience d'un an, bien qu'elle commence à dater. Un travail d'enquête a notamment été réalisé auprès d'un échantillon non représentatif de la population métropolitaine en Guyane. D'une part, il est sympathique de resituer sa propre expérience de mobilité dans celle plus générale des métropolitains qui s'installent en Guyane. D'autre part, il est aussi sympathique de situer son expérience en parallèle avec les représentations des habitants habituels de la Guyane. Le lecteur lambda de ce blog, s'il fouille dans les pages historiques présentant l'expérience guyanaise, peut en effet y voir quelques photos qu'il est possible d'interpréter :

P1020164

Message du 3 mai 2010 - Un samedi soir avec une partie des copains de l'époque : mais alors, Manu, qu'avec des métros pendant un an ?

P1000509

Message du 3 novembre 2008 : pour un métro lambda, "tout est nouveau", mais pour l'habitant de Guyane, le métro, lui, est "tout sauf nouveau"

Alors bien sûr, derrière ces quelques lectures et réflexions sociologiques, n'oublions pas que rester soi-même suffit souvent à nourir de belles relations. Mais quand même, il est clair que "je", comme d'autres métropolitains qui débarquent sur le sol guyanais, suis arrivé avec quelques vagues images et représentations du territoire, et que "je", comme d'autres métropolitains, suis aussi source de représentation pour les habitants de Guyane. Est-ce normal ? Qu'en dit Marion dans sa thèse? Quelles sont les représentations de la Guyane avant la migration, pour les métropolitains en général ? Un peu de recopiage de cette thèse passionnante. Comment se construisent les représentations sur la Guyane, alors que l'individu n'est pas encore sur le territoire? On pourrait penser que les images sur la Guyane découleraient de l'histoire que l'on a appris à l'école. Pourtant (dans l'enquête), les individus ne parlent jamais de leur éducation scolaire, il semblerait que ce que l'on apprend à l'école en métropole sur les DOM-TOM soient assez limité. L'acquisition des images se fait par trois moyens principaux : la documentation, les relations personnelles et l'expérience.

La documentation est constituée de différents supports : guides touristiques, sites internet, affiches publicitaires, reportages vidéos. Alors, Manu, tu t'es documenté ? Ben oui, un peu ! Guide touristique, un des seuls qui existe est le petit futé, et il ne permet pas vraiment de mieux se représenter le département; sites internet, celui de mes potentiels employeurs (notamment l'administration sanitaire lors d'un entretien pour un autre poste); Et les reportages vidéos, alors là, attention ! Car on le sait tous, nos chers journalistes télé en font, de la désinformation ! Et à l'époque, aucun Guyanais n'a oublié le reportage d'Enquête exclusive sur la Guyane et son insécurité. Un ramassis de conneries dans lequel on voit notamment des dealers vendre de la drogue en pleine rue. Hé ben, alors, qu'est-ce que c'est original ! Parce qu'à Lausanne, ville de ma période étudiante, c'était pas pareil peut-être ? Bref, passons.

Ensuite, les relations individuelles sont aussi sources d'images. Ces dernières circulent librement dans les conversations. Les individus qui sont allés en Guyane renvoient une image largement positive de ce territoire contrairement à ceux qui n'y sont jamais allés. Ainsi, les Métropolitains de retour en métropole (en tout cas une partie) deviennent des ambassadeurs du département et contribuent à la dynamique de la migration en transmettant cette image positive. Beaucoup sont finalement venus parce qu'ils ont entendu parler de la Guyane en termes positifs par des relations plus ou moins proches. Dans mon parcours, il est vrai que le fait que j'ai un ami sur place m'a incité en partie à venir. En effet, cela faisait une quinzaine d'années que j'échangeais avec lui sur son expérience kouroutienne, et forcément, cela donne envie d'aller voir sur place. Alors venir, oui, mais à la condition de trouver un poste en adéquation avec ma formation en ingénierie de l'environnement et aménagement du territoire ! Et surtout, de le trouver avant de partir. Car malheureusement, la Guyane de 2008 n'est pas l'Irlande de 2007, fonctionnant en plein emploi. Mais est-ce que je serais allé en Guyane sans avoir cette connaissance sur place ? A vrai dire, difficile à dire.

Ainsi, la lecture de cette partie sur l'avant-départ montre à quel point cette expérience de mobilité s'est construite de manière on ne peut plus normale : des représentations et images très floues, comme celles de la majorité des métros. Des représentations de deux grands types : la Guyane, comme espace naturel : l'environnement naturel, la situation géographique; la Guyane, comme société : une société multi-culturelle, des notions historiques comme le bagne.

P1030018

La période du bagne en Guyane, principale image historique qui m'est évoquée en France métropolitaine, encore aujourd'hui

La Guyane comme environnement naturel 

La situation géographique. Hé oui, bosser une année dans un territoire situé sur le continent sud-américain : voilà une belle idée ! Et cette situation géographique m'attirait particulièrement lorsque je postulais aux offres. La position géographique est une distance avec la métropole, un sentiment d'éloignement. Là, aussi, autre intérêt qui m'attirait : partir loin, vivre en dehors de l'Europe continentale pour la première fois! Eloignement synonyme d'exotisme, caractéristique d'un changement de cadre.

La Nature, entre hostilité et attirance. Plutôt positives pour les métropolitains enquêtés (53%), et pour moi aussi. Bien sûr, évidemment, les serpents et la forêt. Et forcément, pour tout amateur d'observation naturaliste, la Guyane est au top. D'ailleurs, le mythe de la forêt hostile ne semble plus aussi tenace dans l'esprit des individus que ce que l'histoire aurait pu le présumer. Dans les représentations négatives, le climat apparaît comme redouté, reste des représentations transmises par l'histoire qui associent le climat humide aux maladies incurables: "le ciel est brumeux, couvert, humide", "la chaleur est oppressante". Il faut remarquer que nombreux sont les Métropolitains qui viennent avec une appréhension plus ou moins grande sur ce qu'ils vont vivre...oh, Manu, la veille du départ, autour d'une bière avec quelques anciennes amies...je me rappelle encore de cette "foudre" ressentie une seconde en m'interrogeant de ce que j'allais vivre là-bas.

La Guyane comme société

Des notions historiques: le bagne. Les images concernant la société sont moindres et celles concernant l'histoire sont quasiment nulles, dans l'échantillon non représentatifs des métropolitains enquêtés. Il y a quelque images liées au bagne, rien d'autre. Idem me concernant.

La société guyanaise: en développement, tranquille, multiculturelle. Un territoire en développement. Représentation exacte me concernant, au niveau démographique, et c'est ce que le chef de service qui m'avait embauché m'avait expliqué. Le spatial, particulièrement médiatisé dans les médias métropolitains. Représentation exacte également.

Alors voilà. Finalement, la majorité des métropolitains qui partent vivre et travailler en Guyane n'ont pas vraiment une image unique de la Guyane avant d'y venir. Les représentations sont globalement plutôt positives ou plutôt négatives pour un individu : elles sont en tout cas nuancées puisque aucune image négative n'est assez forte pour empêcher la venue d'un individu présent en Guyane. Et finalement, en recadrant mon départ dans ce contexte plus sociologique, on se rend compte à quel point il était on ne peut plus "normal". La suite bientôt !

Avion6

Septembre 2008. De la savane, de la forêt, une grue...

Posté par Emmanuel_M à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 juil. 15

Suisse/France/Irlande/Guyane - Scènes de racisme ordinaire

Tolérance. Citoyenneté. Paix. Voilà les trois termes composant la couverture de la brochure 2015 de Concordia, dans laquelle je m'investis sur mon temps libre depuis 5 ans et qui me permet notamment de me faire des bons copains d'un peu partout en France. Une association dont le projet d'éducation populaire permet notamment, à son échelle, de lutter contre le racisme. Mais alors que je me balladais dans une librairie de Clermont-Ferrand, je tombe sur un livre : "Moi, raciste ? Jamais !" de Rokhaya Diallo et Virginie Sassoon. Celui-ci présente des scènes de racisme ordinaire dans la société française, issus du site internet de FranceTV "Racisme Ordinaire" lancé après les attentats contre Charlie Hebdo. Et je dois dire que mûrir mes connaissances sur le racisme m'intéresse particulièrement. Comme beaucoup de monde, il peut sans doute m'arriver de manquer de tact dans des échanges, sans pour autant être raciste. Il faut dire qu'alors que je n'avais pas beaucoup voyagé avant mon départ en Irlande, j'ai toutefois baigné dans des situations "interculturelles" au sein du bassin franco-valdo-genevois, ne serait-ce que dans les échanges entre français et suisses. La Suisse est à elle-seule un pays composé d'une vingtaine de mini-Etats et, alors qu'un Vaudois "n'est pas" un Valaisan, un Suisse romand "n'est pas" un Suisse allemand. Alors forcément, s'expatrier, partir dans l'outre-mer, baigner dans une association permettant à ses usagers d'utiliser les dispositifs de mobilité internationale permet de mûrir sa compétence interculturelle, d'assouplir son identité et de prendre du recul par rapport à toute forme de guerre de clocher si courante un peu partout dans le monde.

MONICA3

Ce racisme ordinaire s'exprime dans toutes ces petites phrases et attitudes empreintes de préjugés, que l'on entend ou observe de manière quotidienne. Elles ne sont pas attaquables sur le plan légal, mais constituent néanmoins des micro-agressions. Dans la répétition, elles installent chez l'individu qui les reçoivent un sentiment d'insécurité identitaire. Si, considérées individuellement, ces phrases ne semblent pas problématiques, elles constituent pourtant une atmosphère et un climat de remise en question, voire de rejet. Ayant vécu à Annemasse, Lausanne, Dublin, Cayenne, Ambérieu-en-Bugey, Lyon, j'ai eu des opportunités d'expérimenter ces petites phrases de racisme ordinaire, en les recevant, en les observant, mais parfois aussi en les exprimant, sans méchanceté pour autant.

MONICA11

Manu, Cayenne 2009: à une Française sympa qui m'avait appris à danser le zouk un samedi soir. SMS : "j'aimerais bien rencontrer une personne Hmong. On reste en contact ?". Pas de réponse. Forcément. Car on retrouve dans cette affirmation la question si courante : d'où viens-tu ? Cette question, que beaucoup posent systématiquement aux personnes dont on considère qu'elles n'ont pas "l'air" tout à fait françaises ne révèle pas toujours une véritable curiosité pour l'endroit d'où elles viennent véritablement, mais présuppose surtout une provenance étrangère. Lorsqu'on se voit confronté à cette question de manière récurrente, cela peut en revanche semer le doute, et conduire à s'interroger : "ma présence ici n'est-elle pas légitime ?" Ce qui est "marrant" dans cette interrogation, c'est qu'elle peut nous traverser l'esprit quand on rencontre une nouvelle personne dans la vie adulte, mais que bien sûr, elle nous paraît débile quand elle est posée à des copains avec qui on a grandit. Trois amis d'enfance français, 2 frères adoptés de Corée-du-Sud et un Franco-Marocain arrivé à l'école primaire en France, sont largement autant français que moi. Alors quel drôle de moment que d'assister à cette question qui leur est posée...et pourtant. Cet habituel rattachement d'une personne française, née en France et parfaitement intégrée à la société française, j'ai pu la constater l'an passé, sur mon chantier de Laurenan, durant lequel une personne, bossant dans une ONG, rappelait à un volontaire français que les femmes en Algérie n'avaient pas la même liberté que les femmes en France. Et lors de nos présentations, ce volontaire n'avait pu cacher un légèr agacement à cette fameuse question. Dans le même style, le livre présente quelques anecdotes:

Elle : "Et toi, tu viens d'où ?"

Lui : "De Lille"

Elle: "Quelle île ?"

Et une autre internaute de préciser, sur le site internet de France TV : "le racisme ordinaire a tellement accompagné mon enfance que je peux prédire la bonne ou la mauvaise rencontre. Oui, le racisme fait le tri. Aujourd'hui adulte, j'en ai plus que marre d'entendre des conneries dès la première rencontre. La question rituelle de l'origine - D'où viens-tu ? - et autres dérivés mois élégants pour toucher la "basanité". S'ensuivent des échanges plus ou moins polis, sur la bienséance de la question, sur l'identité du questionneur (métis lui-même ? ancien combattant des guerres d'indépendance ? juste un curieux innocent à moitié conquis par notre minois/accent étranger ?) et, last but not least, notre capacité mutuelle à la tolérance."

D'autres exemples de racisme ordinaire vécus en Guyane : du collègue créole qui, un peu ennervé, me demande de rentrer chez moi, à cet homme blanc, rencontré à Kourou, qui m'avait dessiné tous les clichés du raciste d'extrème-droite regréttant l'empire colonial. Je pense encore à quelques échanges auxquels je n'ai pas directement assisté, mais dont j'ai entendu parlé : entre  le "vous êtes un Bushinengé, je ne pense pas qu'on pourra vous faire jouer" affirmé par une femme créole d'une administration; Sans oublier le "je ne cotoie pas ces gens-là", dixit un habitant de Guyane parlant des Brésiliens, où encore la question en amphithéatre d'une jeune femme cayennaise sur l'intelligence des Amérindiens. Je ne porte pas de jugements hein, je constate, et moi-même j'ai été sans doute un peu limite quand j'affirmais à un copain de l'époque que je trouvais qu'il n'avait pas beaucoup d'accents à comparer d'autres habitants du territoire...copain qui m'aura affirmé, à une soirée alcoolisée : t'es un étranger. Bref, on le voit, ça part dans tous les sens ! Ce n'est pas forcément grave, mais ce n'est pas agréable à écouter ! Dans le livre, un exemple est : dans un magasin de pêche, un homme arrive et demande à l'employé avec qui je discutais déjà de lui servir un produit précis. Je suppose que l'employé le connaissait et donc lui réponds qu'il n'en reste qu'un seul type. Et le monsieur commence à crier la phrase suivante : "tout ce qui est made in China, c'est de la merde. Et j'ai pas peur de le dire pour le monsieur qui est là", en parlant de moi. Or, je suis d'origine chinoise et je suis né et j'ai vécu en Guyane française comme le monsieur. Pourtant mon origine justifie apparemment que je sois affilié à tous les produits fabriqués en Chine. Enfin un autre exemple de racisme ordinaire que sans doute beaucoup de nos compatriotes ultramarins vivent en France métropolitaine : "je suis étudiante en troisième année de communication, originaire de la Guyane française. Dès mon arrivée en France métropolitaine, j'ai subi les stéréotypes de base : "tu as eu un bac cocotier !", "Dans votre île vous marchez pieds nus ?", "Vous ne devez écouter que du Francky Vincent en Guyane !", "Ton mec, c'est sûr que c'est un Noir !" En Bref, j'ai l'impression d'être née sur une autre planète, et ça fait mal..."

MONICA8

Et puis bien sûr, ces petits éléments de racisme ordinaire se retrouvent à toutes les échelles. En Suisse, les Français sont souvent les "Frouze". En France, il m'est arrivé dans mon adolescence de critiquer les Suisses. Bref, rien de grave, mais ce n'est toutefois pas très agréable. Le livre cite : "Ma mère est allemande, mon père est breton, je suis née et ai grandi en France, j'ai la nationalité française, aucun papier ni existence en Allemagne. Pourtant, en France, je reste l'Allemande, la Boche, la Schleue. A l'école, on me demandait d'arrêter de parler allemand avec ma mère : c'est injuste parce qu'on comprend rien !" On voulait m'apprendre la culture française à grands coups de : " Tu vois, en France, on..."(Merci, je suis française aussi, rappelle-toi !) Ado, un ami de mon premier amour m'a aussi sorti la fameuse phrase : " je n'aime pas les Allemands, ce sont tous des nazis, mais toi c'est pas pareil, tu as du français dans le sang." (Et pas que dans le sang, mon vieux). Je me sens bien depuis que je vis en Autriche, ici on me prend pour une étrangère et j'en suis réellement une, on me dit : "c'est merveilleurx, tu es allemande et française ! Tu as deux cultures, tu es ouverte au monde, tu peux vivre partout." Quelle ironie. N'oublions pas non plus cette pratique courante : "Diplômée en gestion et cadre dans une entreprise, lors de tous les repas d'affaires avec les clients j'ai droit à un discours sur l'intégration, les jeunes immigrés qui réussissent, à des avis sur le voile et l'islam, aux comparaisons avec d'autres salariés d'origine maghrébine. Je suis juste une Française, qui a toujours vécu en France et qui aimerait bien qu'on lui parle d'autre chose, même pourquoi pas de la pluie et du bon temps ?!"

MONICA2

Et puis les fameux échanges avec les Italiens : blanche d'origine italienne, les blagues sur mes origines ne se renouvellent pas. Amis, profs, surveillants, ils ne se rendent pas compte que leurs mots peuvent me blesser. "Tu manges des pâtes ? Normal, il n'y a que ça dans ton pays...ah, si, il y a la pizza aussi." "Ta famille, c'est une mafia?". Et toutes ces blagues sur mon nom et mon prénom, qu'on tente de prononcer à l'italienne sans grand succès. Arrêtez, franchement !" Forcément, lors de l'échange de jeunes à Pont-du-Chateau, certains échanges ont portés sur les stéréotypes concernant la France et l'Italie, qui sont parfois volontairement mais inconsciemment reproduits lors d'une rencontre interculturelle : typiquement, un volontaire français nous aura préparé des cuisses de grenouille...repas si inhabituel en France...ce même volontaire qui, lors d'une soirée dans une créperie à Clermont-Ferrand, aura eu droit à la remarque "vous, vous avez envie de rentrer au pays" de la part de la serveuse, lorsqu'il commandait une crèpe à base d'ingrédients tropicaux.

On le voit, ce racisme ordinaire peut se vivre partout, dans toute société et même, parfois, au sein de la micro-société que représente le chantier international. Et comme le conclue Virginie Sassoon, "la décolonisation des imaginaires, la déconstruction des préjugés, le déconditionnement de certains réflexes, constituent un effort quotidien, qui ne va pas de soi et qui est plus que jamais une nécéssité pour vivre vraiment ensemble."

Posté par Emmanuel_M à 11:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 juin 15

Irlande/Guyane - 5 ans plus tard, qu'en est-il ?

5 ans après, et si on faisait un petit bilan ? D'un côté, partir une année en Irlande et une année en Guyane, puis baigner dans une magnifique association proposant des échanges interculturels via divers dispositifs de mobilité et volontariat facilite d'éventuels futurs départs plus conséquents, si le souhait s'en fait sentir, et permet bien évidemment d'entretenir et développer cette ouverture sur le monde et les échanges interculturels. D'un autre côté, la mobilité hexagonale offre déjà des challenges d'intégration parfois relevés, tels que celui de s'installer et s'intégrer, notamment socialement, dans un territoire rural. Cette mobilité spatiale prend diverses formes dans l'historique de ce blog: d'Annemasse à Dublin, pour apprendre une langue et vivre dans une capitale européenne. Pour faire germer les graines de l'ouverture sur le monde, semées dès l'enfance, ne serait-ce que par la configuration internationale du bassin lémanique. De Dublin à Madrid, du fait d'une lègère tendance à l'héliotropisme. D'Annemasse à Cayenne, pour travailler dans un territoire ultra-marin et découvrir un coin d'Amazonie. De Suzini à Baduel, pour prendre le bus m'emmenant au travail, en bord de forêt : souvenirs, quand tu nous tiens ! Et aujourd'hui, il est un fait que ces expériences de mobilité m'offrent une réelle aptitude et un goût au changement. Une installation temporaire à Clermont-Ferrand n'aura fait que confirmer ce plaisir à la découverte de nouveaux territoires. Quelques jours et de suite, un sentiment d'être chez soi. Ce sentiment d'adaptation facile à de nouvelles aires n'est pas quelque chose d'automatique, mais bien un acquis, au moins pour l'hexagone et l'Europe continentale, à entretenir certes, mais fruit des expériences relatées dans ce blog. Alors tant mieux ! Attention, je ne me lance pas des fleurs, il y a de nombreuses personnes qui sont très épanouies dans leur territoire d'enfance, et c'est très bien ainsi. Mais alors que le premier départ à l'étranger, un an par exemple, semble difficile pour beaucoup avant de le départ, de nombreuses personnes en redemandent après l'expérience.

P1050823 

Un avion passe-t-il au dessus du plan d'eau de Longeville, dans l'Ain ?

Mais continuons à réfléchir sur les règles d'une mobilité hexagonale ou internationale pour éventuellement mieux repartir. Sur ce thème, il existe des écrits, dont un livre d'Aymeric Bouthéon, que je recopie un peu, particulièrement intéressant. L'une des règles est donc celle de l'ouverture d'esprit. Cette ouverture dont parle cette candidate italienne au SVE, Laura, dans l'article précédent. Bien sûr, les graines bien semées par l'éducation reçue, les lectures, le contexte socio-culturel dans lequel une personnes grandit, facilite le développement de cette ouverture sur l'international. Chacun de nous a son passé, ses références, ses habitudes...et lorsqu'on déménage dans un nouveau territoire, que ce soit au sein de l'hexagone, dans un département ultra-marin ou à l'international, chacun d'entre nous a une part de lui-même qui résiste, qui se raccroche à ce qui est connu, à ses références. C'est un phénomène naturel. Une fois connue cette tendance, il est important de savoir la maîtriser, de savoir prendre sur soi pour ne pas se recroqueviller sur ces repères. Un élément qui ressort et est particulièrement important, il me semble, quand on déménage, est le respect du territoire d'accueil et de ses habitants : je pars en Irlande, il y a des choses qui me plaisent, d'autres moins, c'est comme cela. Ce n'est pas forcément moins bien ou mieux, il y a juste quelques nuances dans la vie de tous les jours, mais il est important de les respecter. De toute façon, on parle bien de nuances, rien de plus....ne l'oublions pas : partout dans ce monde, il y a des voix qui résonnent, et ces voix peuvent parfois bien s'entendre, qu'elles soient du Tibet ou de Haute-Savoie ! Petite allusion à une soirée récente passée à discuter avec un Tibetain très chouette, à Annemasse ! A Dublin, il m'est arrivé de ressentir des résistances. A Cayenne aussi. Rien d'anormal, hein. Mais là-bas, cette résistance peut résonner un peu différemment, du fait de l'histoire du département. Alors utiliser le modèle de Benett, pourquoi pas, pour se situer quand on a un ressenti négatif par rapport à un nouveau territoire d'accueil.

P1050797

Alors que j'écoutais l'interview d'un coopérant suisse long-terme en Haïti dans le cadre d'un reportage radio sur la politique d'aide au développement de la Confédération Helvétique dans ce pays, celui-ci, dont les parents avaient aussi été expatriés, expliquait : " les enfants qui vivent en Suisse n'ont pas cette conscience là d'être différents. Mes expériences dans l'enfance avec mes parents m'ont permis de dépasser ce "cap du Blanc": car c'est aussi un moule dans lequel on se glisse rapidement, et il faut faire des efforts pour sortir de là. Et mes parents m'ont appris à ne pas rester dans cette vie paisible d'expatriés qui ne cotoient que des expatriés, et d'aller plutôt aussi vers d'autres personnalités, d'autres gens. Avec mes expériences expatriées quand j'étais enfant, j'ai eu une phase de rejets des expatriés et j'ai vu qu'on pouvait passer à travers cela, et malgré tout, créer des liens assez forts. Et je pense que cela, c'est très important." Cet extrait est particulièrement intéressant pour mettre en valeur un autre critère très important que je tire de mes mini-expériences à Dublin et Cayenne, sans oublier quelques années en Suisse : il existe bien entendu des prédispositions à la mobilité internationale et nous n'avons pas toutes les mêmes, nous ne disposons pas tous des mêmes aptitudes à la base : son éducation et son habitude d'avoir vu, enfant, des personnes en situation de mobilité internationale : par exemple grandir avec un frère ou une soeur à l'étranger, les croiser pendant les vacances, permet d'incarner la mobilité internationale, lui donner une représentation. Plus difficilement, on note également le cas de la mobilité intégrée dans la culture : il existe en effet des zones géographiques où les contraintes économiques font, durant des décénnies, que les personnes partent loin pour trouver un travail. N'était-ce pas le cas de l'Irlande, qui devint, lors de la période du tigre celtique, pour la première fois de son histoire un pays d'émigration.

P1050816 

Quelle que soit son histoire de vie, la mobilité internationale doit se préparer. ne serait-ce qu'administrativement : vaccins, passeports etc...mais elle se prépare aussi et surtout dans la façon de voir le monde, d'appréhender les nuances culturelles qu'on va rencontrer. Et même si au jour d'aujourd'hui, dans les métropoles européennes du moins, il est possible d'affirmer qu'on baigne dans un environnement globalisé et que l'international devient une dimension tellement prégnante que chacun est automatiquement préparé à la mobilité, attention ! Ce n'est pas automatique, et par exemple, un échange erasmus est très différent d'un poste professionnel ! Aussi, ce serait pur orgueil que de penser ne pouvoir s'appuyer que sur ses propres qualités. Et l'humilité est précisément l'une des attitudes vivement conseillées pour réussir la mobilité internationale : humilité devant la culture et le mode de vie qu'on rencontre...Mais bien sûr, dans une expérience à l'étranger, il n'y a pas que des pièges à éviter. Il y a aussi une multitude de choses à savourer. Tout d'abord, en ne restant pas chez soi, mais en prenant son agenda et en calant les sorties, visites, activités permettant de savourer la période...oh, ces samedi et dimanche à Dublin, souvenirs ! Ne serait-ce aussi qu'en allant faire les courses dans les marchés et supermarchés. Le contenu et l'agencement des étalages et des rayons sont un voyage à proprement parler. De la même façon, un simple voyage en véhicule, en transport en commun, peut constituer une découverte...Dublin, janvier 2008, à un arrêt de bus, attendant durant une heure un bus précis pour récupérer un objet perdu: Oh, le bus N°8, ce n'est pas lui. 10 secondes plus tard : tiens, un deuxième bus N°8. Encore 10 secondes plus tard : tiens, un troisième bus N°8. Marrant ! Et puis il y a toutes ces choses typiques que vous ne pourrez faire ou voir qu'ici et qu'il ne faut pas rater : un dimanche matin à Cacao par exemple.

P1050362

Ayumi (Japon) jouant au jeu de palets bretons - Laurenan 2014

L'une des pépites de l'expatriation, c'est de tisser des amitiés belles, sincères et uniques avec des personnes d'autres horizons. Oui, en situation d'expatriation, les amitiés se lient plus vite, on partage des moments forts, on partage directement l'essentiel, on ne dispose plus de ses repères donc on s'ouvre plus facilement. C'est de nouveau une aptitude qui se travaille, et je pense alors à Sylvia, une mexicaine rencontrée à Lyon dans une soirée polyglotte, qui après six mois dans la capitale des Gones n'avait pas encore rencontré de Français ! C'est souvent comme ça, les autochtones ne sont pas les plus simples à rencontrer ! Ainsi, quelque soit la situation, il est important de saisir chaque opportunité de contact et d'échange, comme Sylvia à cette soirée. Avec les locaux comme avec d'autres expatriés. Si l'échange culturel n'est pas simple, il suffit de la simplifier, en se rapprochant des personnes qui nous y aideront, et en évitant par exemple l'expatrié étroit d'esprit qui passe son temps à critiquer. Et puis parfois, l'expatriation participe aussi à un changement dans le regard du voyageur sur la vie et sur le monde. Beaucoup reconnaissent qu'ils apprennent une certaine sagesse, qu'ils prennent un certain recul. L'expérience internationale peut aider à relativiser...Bref, ami lecteur qui tombe sur cet article, tu peux le voir : si tu as l'occasion de partir vivre hors de tes cadres, fonce !

Posté par Emmanuel_M à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 nov. 14

France/Guyane - l'Oyapock : le pont, extraits choisis

Oiapoque est la ville brésilienne frontalière de la Guyane française et de la commune de Saint-Georges de l'Oyapock. Entre les deux communes s'est vu construire un pont, source de discorde. Ce petit article sans prétention synthétise quelques témoignages de personnes qui sont concernés d'une manière ou d'une autre par ce pont. Par exemple, Mael Cabaret, réalisateur breton dont vous trouverez le portrait en cliquant sur le lien précédent, a réalisé un beau reportage d'environ 1 heure, Oyapock, sur cette frontière fluviale davantage médiatisée depuis quelques années. De ma découverte des lieux, soit dans le cadre professionnel (Saint-Georges), soit dans le cadre personnel (Oiapoque), il n'est qu'une envie qui me dessine : continuer à apprendre sur ce territoire interragissant au jour le jour que compose les deux communes. Apprendre par la lecture, ou par l'écoute, et bien sûr,  dans l'idéal, par l'échange avec les habitants.

Capture-d’écran-2012-07-02-à-18

 Pont sur l'Oyapock (photo du web)

Avant d'inaugurer le pont, les autorités veulent d'abord trouver un nouvel accord transfrontalier pour les habitants de la vallée. Car pour beaucoup comme pour Rona, guide touristique, la notion de frontières, sur le fleuve Oyapock, c'est tout neuf. "On avait pas besoin de ce pont. On dit ici qu'ils sont en train de construire un nouveau mur de Berlin". Retour à Saint-Georges de l'Oyapock. De ce côté-ci, on commence aussi à être agacé par ce pont. Comme cet habitant, qui indique qu'il ne peut plus faire de parties ou jeux avec ses amis d'Oiapoque. Lors de l'annonce du projet, ni la population, ni les élus locaux n'ont été consultés. Chacun s'apprête à vivre avec un pont majestueux, mais jamais désiré...toutefois, Fabienne Mathurin, ex-maire de Saint-Georges, propose que s'il y a bien un ouvrage qui symbolise l'intégration de la Guyane en Amérique du Sud, c'est bien ce pont sur l'Oyapock. Pour Gérard Police, docteur en civilisation brésilienne interrogé dans ce reportage vidéo, les 50 millions d'euros dépensés pour la construction de ce pont ne représentent en réalité que très peu d'argent, par rapport aux enjeux économiques, financiers et militaires entre la France et le Brésil. Il y avait besoin d'un symbole de ces partenariats : ce pont.

theryOyapock

Comme on peut le lire dans cet article d'Hervé Théry,  pourquoi un pont aussi grandiose alors que l'on attend un trafic très limité, qui aurait très probablement pu être absorbé sans difficulté, à un coût moindre, en renforçant le service des bacs qui assuraient déjà la traversée. Cela ne s'explique que dans une perspective géopolitique régionale de liaison entre le Brésil et ses voisins du Nord. Ces voisins se sont longtemps méfiés de son expansionnisme, notamment la France qui s'est abstenue de construire la liaison routière de 80 km entre Régina et Saint-Georges. Ce n'est que plusieurs années après le retour de la démocratie au Brésil, après la période de la dictature militaire (1964-1985), que les travaux ont été entrepris en achevés en 2003. Avec leur conclusion, l'axe RN1/RN2 assure désormais la liaison de 450 km entre Saint-George et Saint-Laurent-du-Maroni à la frontière du Suriname. Avec la construction du pont, la route côtière constitue donc désormais un maillon d'une panaméricaine atlantique. Il faut toutefois noter que le Brésil n'avait pas attendu de se doter d'une autre sortie vers les Caraïbes, via l'ouverture de la route Manaus-Caracas...

Ainsi va le Monde, la vie qui avance dans ces deux communes d'Amazonie...alors que plusieurs années après sa construction, de l'eau en a coulée...sous ce fichu pont !

Posté par Emmanuel_M à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 nov. 12

France/Rhône-Alpes/Ain - Une journée à Priay

"Si en Europe les caractéristiques biologiques et écologiques des cours d'eaux sont connus depuis près de 70 ans, en Guyane, les premières études remontent seulement aux années 1980. Aujourd'hui, une vaste étude sur les petites criques de têtes de bassin versant est mise en oeuvre afin de proposer aux gestionnaires une méthode qui permette de définir un indice de qualité de ces milieux. L'objectif étant, à terme, d'y évaluer l'impact des activités humaines." Cette phrase introductive est issue du 9ième numéro de la formidable revue "Une saison en Guyane", semestriel de grande qualité qui décrit, photos à l'appui, l'ensemble du plateau des Guyanes, du Vénézuela à l'Amapa au Brésil, sous l'angle des activités économiques, de la Nature, de l'Histoire, interrogeant certaines personnes, décrivant des programmes scientifiques en cours etc. Le genre de revue formidable pour les personnes s'intéressant à une région géographique donnée, alors que la plupart des revues du genre portent essentiellement sur des articles en lien avec le tourisme. Découvrir ce numéro un dimanche d'août permet de s'évader par la douceur des textes et la beauté des clichés photographiques. On y apprend que "ces petits cours d'eau, que l'on franchit à pied, sont des milieux naturels sensibles qui abritent des espèces que l'on ne rencontre pas souvent. Il reste encore un voile à lever sur ces écosystèmes et sur l'écologie des communautés aquatiques qu'ils abritent." Quelques pages plus loin, l'interview d'un photographe subaquatique et gérant d'un bureau d'études laisse rêveur l'amateur d'ichtyologie, de photographie de la nature ou tout amateur d'aquariophilie d'eau douce: "la passion de la nature est un phénomène inexplicable qui vous prend au berceau: on préfère regarder les grenouilles plutôt que les voitures, élever des poissons plutôt que collectionner des petits soldats. L'envie de montrer ces spectacles que si peu de personnes prennent la peine d'observer, ainsi qu'une sensibilité artistique, m'ont amené naturellement à photographier la nature." Puis un peu plus loin: "j'ai toujours été étonné de voir que les gens connaissaient mieux la faune des récifs coralliens que celle des rivières qui coulent devant chez eux." Après quelques minutes à révasser à ce genre d'observations naturalistes particulièrement intéressantes et atypiques, cette remarque fait "tilt". 

Une semaine de canicule plus tard. Dans une sorte de symbiose entre un principe de plaisir et un champ de compétences professionnelles, la chaleur estivale est l'occasion de photographier la rivière d'Ain, sauvage et préservée, et découvrir, à l'aide d'un masque et d'un tuba, ses habitants subaquatiques.

P1050005

L'observation d'une petite dizaine d'espèces de poissons dans leur milieu naturel est particulièrement plaisant. On y découvre que certaines espèces s'observent plus particulièrement dans des parties peu agitées du lit de la rivière. Au contraire, les barbeaux communs ont été vus systématiquement près du fond dans les parties de la rivère à fort courant. Puis, retournant quelques pierres, des espèces benthiques sont alors observées. La loche, par exemple. Ces observations sont particulièrement sympatiques dans une rivière à l'eau peu chargée en limons. L'intérêt personnel est là, et peut être complété par la découverte des bases de données sur la diversité biologique des espèces en Europe, telle que la base de données Faune Europaea, crée par la commission européenne. On y découvre par exemple en quelques clics que les chiroptères, nos chauve-souris, regroupent 54 sous-espèces sur l'ensemble du continent. La préservation des berges de l'Ain donne une tonalité amazonienne à celle-ci, alors que nombre de rivières apparaissent souvent canalisées en France métropolitaine.

image

P1040981 P1040956 P1050012

L'observation naturaliste dans un cours d'eau européen n'offre bien sûr pas le même nombre d'espèces que celle pratiquée dans un milieu tropical marin. Mais, couplé à des lectures scientifiques ou grand public, ce moyen efficace d'allier sport, détente et culture générale permet aussi de prendre davantage conscience des interactions hommes-environnement. Un moyen simple, économique et efficace de se rappeler que même si traverser un océan permet de découvrir des environnements naturels particulièrement différents de ceux rencontrés quotidiennement, de nombreuses richesses naturelles existent  autour de chez soi et méritent tout autant une attention particulière de la part des habitants sensibles aux enjeux environnementaux des territoires anthropisés européens.

Posté par Emmanuel_M à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 mai 10

France/Guyane - Prochaine étape ?

Prochaine étape: Journalisme amateur? De retour en France métropolitaine, je vais faire une pause dans ce blog. Toutefois, j'aime vraiment écrire et j'ai envie de continuer à progresser en photo au fil du temps, aussi je risque d'avoir très ponctuellement l'envie de publier quelques articles orientés vers du journalisme amateur sur les thématiques du développement local durable et de l'environnement, sur des sujets photographiables.

P1010471

"Vu la tête de ce champignon, le nuage ne s'est pas arrêté à la frontière" (journalisme amateur !)

Prochaine étape: France métropolitaine? Hé oui, à priori je suis parti pour rester quelques années en France métropolitaine. Voir autre chose permet aussi de mieux percevoir, à la fois sa propre histoire, sa propre identité, mais aussi les territoires dans lesquels on vit. Je veux parler de la France métropolitaine dans son ensemble, ou plus particulièrement de la Haute-Savoie, de Rhône-Alpes etc. En 2010, il est vraiment facile et utile à tous d'aller voir ce qui se passe ailleurs. A ce jour, partir dans un autre pays de l'UE est particulièrement facile sur les plans administratifs, et dans cette identité européenne qui se construit petit à petit chez une partie de la population du vieux continent, c'est une possibilité qui vaut vraiment le coup et qui permet de prendre du recul sur les mouvements nationalistes et le repli sur soi. De même, vivre une expérience dans un département français d'outre-mer offre à chaque métropolitain la possibilité d'avoir une vision plus fine de la France, tant par l'histoire, la géographie que par l'actualité. la France métropolitaine et ultramarine est composée d'un nombre de territoires particulièrement variés, avec des identités culturelles régionales assez diverses malgré un système centralisé. Dans un pays qui a changé, la richesse et la diversité des cultures, qui fait particulièrement peur aux nationalistes, est à mon avis dans la lignée de la construction d'une France plutôt mélangée dans un monde de plus en plus brassé. La Guyane offre un exemple de mélange qui se passe plutôt bien, où chacun arrive à vivre avec chacun sans trop de racisme.  

Prochaine étape: on force la machine ! Petite allusion à un artiste qui m'a toujours donné envie de découvrir l'Amérique du Sud. Faire de plus en plus attention à nos actions au jour le jour, acheter simple, malin et responsable. Travailler sur des projets liés à ses idées. Tout cela est bon pour soi-même mais aussi pour autrui et l'environnement. Mettons cela en pratique au jour le jour ! Un petit signe de paradis avec cette dernière photo, pour rappeler aussi l'existence de l'effet papillon dans chacune de nos vies. A bientôt !

P1010490

Posté par Emmanuel_M à 14:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
03 mai 10

France/Guyane - Remerciements

Ce premier article en guise de conclusion, je le consacre à toutes les personnes qui m'ont aidé à la réalisation de ces projets dont je parle sur ce blog depuis maintenant de 3 ans. Tout d'abord, par envie de transparence, je tiens à remercier mes parents qui ont eu un rôle important en m'aidant à m'installer en Irlande. En m'avançant le financement de mes cours d'anglais en avril-mai 2007, ils m'ont permis de m'installer plus tranquillement et surtout de me laisser le temps de trouver un emploi de qualité, donc d'avoir diverses une expérience professionnelle et de valider un séjour de presque un an sur l'île d'Emeraude...ce séjour ayant été primordial dans l'obtention de ce poste en Guyane française et dans la réalisation de cette expérience parfaitement dans la lignée de la construction d'un projet personnel et professionnel. Merci beaucoup à mes parents donc, qui ont en plus fait la démarche de venir découvrir la Guyane, ce qui leur a surement fait autant plaisir qu'à moi. Il est certain que cette aide m'a été précieuse en 2007, mais de faibles ressources ne doivent pas empêcher quelqu'un de partir vivre une expérience loin de ses cadres. Je pense que le plus important est de garder un peu d'argent sur un compte à part pour financer un éventuel retour en cas de pépin dans le pays expat ou dans le pays d'origine. J'ai rencontré des personnes qui sont arrivées en Irlande avec environ 500 euros. Ça fait peu, c'est certain, mais avec un brin de détermination et de débrouillardise, elles sont arrivées à s'installer et à trouver un job, dans une économie certes très favorable à l'époque. Dans tous les cas, partir travailler ailleurs vaut vraiment le coup.

Ce séjour en Guyane m'a permis de rencontrer de nombreuses personnes avec qui j'ai noué des relations de qualité. Je pense à ma colocataire durant 8 mois, et dont le parcours professionnel m'inspire particulièrement, je pense à Hervé, mon compère bénévole avec qui j'ai parcouru les plages, je pense à Eric qui aura été toujours là et en particulier le week-end ou j'avais besoin de lui, je pense à Steph et Lola, qui m'ont hébergé à deux reprises. Je me suis fait un groupe de potes grâce au couchsurfing, et ai pu découvrir de super personnes: Dave et Ophélie, Claude, Delphine, Elisa, Audrey, Jody pour ne citer qu'eux.

P1020164  

Il y a aussi Marc et Alain, deux ingénieurs civil guyanais avec qui je travaillais et qui ont su m'intégrer au service et me faire apprécier ce département, il y a bien sur les kouroutiens (Ludo, Caro, Kamal, Sandra, Alexandra, Joachim pour ne citer qu'eux). Et puis je n'oublie pas Raph, Juliana, rencontrée à Dublin et recroisée à Cayenne, Marie, Sylvia, Eddy et toutes les personnes avec qui j'aurai partagé quelque chose à un moment ou un autre. Et un petit clin d'oeil aussi à Babzy, commentatrice de choc ! Travailler sur des projets sur un territoire donné, que ce soit en France métropolitaine, dans les DOM ou dans n'importe quel pays, nécessite un minimum d'engagement dans son projet professionnel. Dans ce sens, j'ai eu une chance de rencontrer des personnes passionnées et passionnantes tout au long de cette expérience professionnelle. Je pense à deux Inspecteurs de l'Education Nationale avec qui j'ai partagé la pirogue m'emmenant sur le Maroni et l'Oyapock et pleinement investies dans leur tâche de superviser et d'améliorer l'enseignement du premier degré dans leurs circonscriptions. Comprendre le fonctionnement de l'Education Nationale, qui plus est dans le contexte guyanais, est particulièrement utile. Ajouter une brique aux constructions scolaires du département le plus jeune de France, comprendre la relative critique de nos compatriotes guyanais vis-à-vis de l'État, avoir une première perception de l'Amérique du Sud, et tout simplement avoir une vision plus complète de la France, sur les plans historiques, géographiques et culturels, fait partie de ce que peut apporter une expérience en Guyane. Merci à vous tous pour tous les moment de qualité passés en votre compagnie !

Posté par Emmanuel_M à 21:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
02 mai 10

France/Guyane - Retours au vieux port de Cayenne

Le vieux port, beau site pour l'observation des oiseaux limicoles des vasières et mangroves.

P1020060 P1020063 P1020065 

P1020068 P1020093 P1030365

P1020082 P1020085

Moucherolles pies en train de faire la maison (à gauche) et les bébés (à droite)

Chaque passage sur ce site m'offrit la possibilité de quelques observations de qualité. Voilà une aigrette neigeuse.

P1020077 

Mais une sortie me fit vivre des émotions particulièrement forte. 9 octobre 2009. La saison sèche est là, et cette soirée, le soleil couchant nous offre un cadre d'observation absolument splendide. Des milliers d'oiseaux limicoles -oui, des milliers - passent autour de nous, observateurs avides de clichés et de moments intacts, remontant les vasières, longeant cette côte mobile pour le plus grand plaisir des yeux.

P1030114 

Vol d'ibis rouges, observation géniale sur fond de soleil couchant

P1030119

Le soleil enveloppe la surface de l'eau de tout son éclat, et cette sortie hasardeuse illumine une année guyanaise remplie d'expériences très fortes. Mais voilà, mon contrat d'un an s'est terminé, et même si certains objectifs de ce projet n'ont pas aboutis, d'autres objectifs et une certaine réalité m'incitent à un retour en France métropolitaine, pour une durée indéterminée. Pas de boulot, plus d'appart, pas de moyen de déplacement, et toute la vie devant moi pour revenir un jour peut-être travailler dans ce département intéressant et accueillant. En ce 9 octobre, je laisse mes émotions vibrer à la vue de ce paysage naturel paradisiaque, et revisualise intérieurement nombre de moment vécues durant ce séjour qui restera gravé pour sa richesse tant sur les plans personnels que professionnels. En ce 9 octobre, j'ai la satisfaction d'avoir réussi de nombreuses choses mais la sensation que cette expérience guyanaise n'est qu'une première étape d'un projet professionnel et personnel plus conséquent qui me verra probablement reposer un pied ici. Car au bonheur d'avoir fait des rencontres si enrichissantes s'ajoute celui de mieux percevoir son histoire et son identité, en tant qu'individu mais aussi en tant que personne française parmi tous les citoyens du monde. En ce 9 octobre, le moment est gravé, les conclusions s'imposent et le retour en France métropolitaine se décide progressivement...

P1030373  

Un coucher de soleil comme clôture d'un séjour faisant rayonner les envies

Posté par Emmanuel_M à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mai 10

France/Guyane - Excursion dans l'Ouest

Le paradis existe, il suffit d'ouvrir les yeux. Cette affirmation est particulièrement vraie lorsqu'on dors en Hamac au gîte Angoulême, sur la route de l'ouest guyanais, et qu'au petit matin une multitude de chants d'oiseaux réveille l'homme de passage pleinement assoupi au milieu de la forêt.

P1020944 

Coucher de soleil sur la forêt

P1020957

Lever du jour sur la forêt 

Cette forêt est toujours aussi envoutante et surprenante. Le gîte est un point de départ idéal pour une balade dans ses alentours, et c'est surveillé par le païpayo que nous nous y aventurons. un petit sentier, une rivière, des arbres majestueux, welcome to Amazony!

P1020964 P1020975 P1020978 

P1020988  P1020990

Le gite est sur une clairière aux nombreux arbres et arbustes fruitiers. Quant aux serpents collectionnés dans l'alcool, ils proviennent des alentours...

P1030051 P1030056 

P1030059 P1030055 P1030058 

L'ouest, c'est aussi Saint-Laurent du Maroni et son marché aux multiples couleurs. Le marché le plus sympa que j'ai réalisé en Guyane, duquel on sent le Suriname. Il y a aussi ces petites cases sur le bord des routes, où des personnes, souvent bushinengés, vendent leur production de fruits et légumes. Puis, la route nous fait traverser Mana et nous fait arriver au bout de la Guyane, dans la commune amérindienne d'Awala-Yalimapo. Une petite commune aux habitations typiques, et un petit moment fort sympathique. L'ouest guyanais, c'est encore une autre saveur, qui se termine à Awala ou en remontant le Maroni, fleuve majeur de ce département et autre source de rencontres et de découvertes enrichissantes.

  P1030021 

Vente de fruits sur le bord de la route, ouest guyanais

Posté par Emmanuel_M à 19:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,