12 août 16

France/Auvergne/Haute-Loire - Une journée à Saint-Pal-de-Mons

En ce 17 juillet 2016, Veronica, Mexicaine, Mario et David, Espagnols, Wael, Egyptien, et Thibault, Français, tous autour de la vingtaine, assistent à l'hommage rendu par la commune de Saint-Pal-de-Mons à deux hommes jumeaux de religion juive cachés dans la ferme d'une habitante sanpaloune, Adolphine Dorel, pendant une partie de la Seconde Guerre mondiale.

Alors qu'elle rendait visite à ses enfants en colonie de vacances, le mari de Bella Schanzer fut arrêté avec quatre autres membres de sa famille, dont les parents de Esther Ein. Bella Schanzer parvint à fuir avec ses enfants, Anna, âgée de 6 ans, et les jumeaux Bernard et Henri, âgé de 5 ans, et sa nière Ester Ein, âgée de 10 ans. Ils vont être accueillis au chateau de Virieu par le marquis Xavier de Virieu et son épouse Marie-Françoise. Durant l'été 1943, la famille de Virieu et des membres du maquis du Vercors et de la Résistance locale furent dénoncés à la Gestapo. Les Virieu durent quitter précipitamment le chateau pour se réfugier, sous un nom d'emprunt, à Chichilianne (Vercors), et continuer leurs actions de résistants dans la clandestinité. La famille juive, elle aussi, dut fuir le château et trouver un nouveau refuge avec l'aide des soeurs de N.D. de Lyon.

Les jumeaux de sept ans Henri et Bernard Schanzer sont placés dans un foyer à Grenoble. Bella Schanzeer sait qu'ils sont malheureux. Elle demande à Jeanne Bonhomme de les récupérer. Elle les conduit chez sa mère, veuve et sexuagénaire, Adolphine Dorel, qui habite dans une ferme de Saint-Pal-de-Mons. Adolphine Dorel, que les enfants appelaient "mémé", les accueillit et les inscrivit à l'école. Elle prit soin de leur faire réciter chaque soir leurs prières, afin qu'il conserve le lien avec leurs racines juives. Jeanne Bonhomme, quant à elle, cacha pendant près d'un an la soeur des jumeaux, Anna Schanzer, alors âgée de huit ans, et sa cousine Ester Ein, âgée de douze ans. Elle les logeait dans une petite pièce attenante de son atelier de couture, et les présentait comme ses nièces. Elle leur fournit de faux papiers,qui leur permirent d'obtenir des cartes d'alimentation. Elle leur inventa également un passé, que les fillettes devaient connaître par coeur. Jeanne Bonhomme leur faisait répéter ce passé imaginaire chaque soir, afin que Anna et sa cousine disent rigoureusement la même chose si elles étaient questionnées par les Allemands. En mai 1944, Saint-Etienne étant exposé au risque de bombardements aériens, Jeanne envoya les deux fillettes chez sa mère Adolphine Dorel. Après la libération, les jumeaux et les deux fillettes demeurèrent à la ferme jusqu'à l'arrivée de Bella Schanzer. Adolphine Dorel mourut peu après la guerre. La famille Ein-Schanzer alla s'installer aux Etats-Unis et resta en contact avec Jeanne Bonhomme. Tous furent reconnus Justes parmi les Nations par Yad Vashem.

PARVIS DE LA MAIRIE 

Cette commémoration est une parfaite illustration de la thématique très intéressante de l'histoire et la mémoire dans les rencontres internationales de jeunes, et dans les expériences de mobilité européenne et internationale que vivent une partie des jeunes (et moins jeunes) Européens en ce début de 21ième siècle. D'un côté, nous, les jeunes générations du 21ième siècle, n'avons pas forcément tendance à nous identifier aux jeunes qui sont partis faire la Seconde Guerre mondiale, et qui sont aujourd'hui nos grands-parents. Mais quand un de mes grand-père me raconte qu'il a passé son 19ième anniversaire enfermé dans une cave avec l'armée allemande à l'étage, et que mon autre grand-père me raconte, alors qu'il passe devant un champ agricole, qu'il se souvient encore du bruit des tirs lors de l'exécution de sept soldats allemands dans la commune voisine, je ne peux pas oublier que cette histoire appris très vaguement dans les livres scolaires correspond au vécu des anciens d'aujourd'hui.

PLAQUE COMMEMORATIVE A LA CHAMP

Lors de mes expériences de vie en Irlande et en Guyane, la démarche spontanée qu'a été la mienne pour un peu mieux "comprendre" où je mettais les pieds fût déjà de lire les guides que j'avais acheté sur les deux territoires. Notamment les éléments historiques, comme le relatent certains articles de ce blog. C'est utile à priori, et cela donne une première compréhension assez vague du territoire dans lequel on s'installe. Pourtant, la démarche de rédaction de cet article sur le bagne de Guyane peut paraître "originale" pour un habitant de la Guyane du 21ième siècle, tout comme le serait peut-être la rédaction d'un article sur la résistance dans le plateau des Glières par un jeune Allemand venant s'installer à Annecy. En effet, comme le témoigne Giselle par exemple, née dans le contexte du génocide Rwandais des années 90, il n'est pas forcément naturel de s'identifier aux périodes historiques du pays/territoire dans lequel nous vivons, même si elles ont touché de près des proches et connaissances. Lorsque nous sommes dans notre territoire de référence, celui dans lequel nous avons grandi et auquel nous nous identifions le plus, cela ne gène pas. on se dit, un peu "grossièrement", être "chez nous". Mais lorsque nous devenons mobile et que nous souhaitons vivre et travailler dans un autre territoire, un autre pays, un département ultramarin, nous emmenons avec nous, et ce bien malgré nous, un certain nombre de représentations en partie liées à l'histoire des deux territoires et de ses anciens habitants. Que je le veuille ou non, en Suisse, je suis perçu comme un Français et tout ce qui va avec...alors que pourtant, je me sens souvent bien plus proche de nombreux citoyens de la planête que d'une partie des habitants de France. Certains Suisses passeront bien au-dessus de ces représentations, d'autres n'oublieront pas que je suis Français et me le rappeleront de temps en temps (sans méchanceté), d'autres me considéreront comme un Frouze de plus, vision péjorative du Français. Fichues représentations !

LACHER DE BALLONS

(photos du site web de la commune)

Dans le contexte des rencontres internationales de jeunes, il peut être intéressant de prendre en compte ce thème de l'histoire et de la mémoire, et l'Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) propose un guide et des animations sur ce thème. Certains passages du préambule sont intéressants. Les célébrations du Centenaire de la Première Guerre mondiale ont montré combien le souvenir historique et l'activité politique sont liés. C'est particulièrement le cas dans les relations entre la France et l'Allemagne. Les deux voisins entretiennent aujourd'hui des relations amicales, et n'ont au fond plus de problème l'un avec l'autre. Il règne une normalité qui peut devenir routinière si l'on n'est pas conscient de l'enchevêtrement des deux histoires nationales. Pendant plus de cent ans, celles-ci ont été marquées par la figure funeste de "l'ennemi héréditaire", qui a toujours conduit à de nouvelles guerres. Nous restons aujourd'hui frappés de stupeur devant l'Ossuaire de Douaumont, près de Verdun, où reposent les corps de plus de 130 000 soldats français et allemands tués au combat et dont plus personne ne connaît les noms. Cent ans après, il semble pourtant qu'un changement se profile et crée de nouvelles convergences. La première Guerre mondiale est aussi devenue lointaine pour les jeunes Français, et le pathos national tend à disparaître au profit d'un intérêt personnel pour le destin des arrières-grands-pères et des familles pendant la guerre. Les jeunes Allemands, pour leur part, redécouvrent cette guerre comme quelque chose qui touche à leur propre histoire, c'est-à-dire à eux, à leur famille, à leur commune et à leurs amis.(...)

Et je terminerai ce petit message par cette belle affirmation du guide, valable partout sur Terre, pour tous les Terriens : "c'est ainsi que nous devons continuer à agir les uns envers les autres, en connaissant le poids de l'histoire sans que celui-ci nous empêche de la concevoir comme une histoire commune, qui nous réunit par-delà les générations et nous permet de vivre ensemble de façon décomplexée et créative."


12 juin 13

Une souris et...Kathrin, immergée en culture francophone

Kathrin était volontaire sur le chantier international de Guissény, dans le Finistère Nord, en juillet 2010. A l'heure d'Internet et de ses réseaux sociaux, il est facile de garder contact, et c'est en Suisse, à Lausanne, que je la revois en cette journée d'automne 2012. Allemande de nationalité, elle est maintenant en échange Erasmus à l'Université de Lausanne (UNIL), dans le champ des langues étrangères et de la traduction. A 21 ans, elle parle couramment l' Allemand, le Français et l'Anglais. Nous reparlons de ce volontariat à Guissény, et des stéréotypes qu'elle pouvait avoir des français: arrogants, fiers, fermés à l'apprentissage d'autres langues, systématiquement en grève. La France était alors associée à la gastronomie, la baguette, le croissant, le vin, Paris, la tour Eiffel, les châteaux. Par définition, les stéréotypes constituent un ensemble de traits censés caractériser ou typifier un groupe, dans son aspect physique et mental, et dans son comportement. Cet ensemble s'éloigne de la réalité en la restreignant, en la tronquant et en la déformant. L'utilisateur du stéréotype pense souvent procéder à une simple description, en fait il plaque un moule sur une réalité que celui-ci ne peut contenir. Le stéréotype est simplication: la réalité est simplifiée avec pour résultats non pas une clarification mais une mise à l'ombre d'éléments essentiels à la compréhension. Le stéréotype est aussi généralisation: un individu appartenant au groupe cisé se verra appliquer d'office le même schéma de comportement, de mentalité, de qualités ou de défauts. Stéréotyper revient à utiliser le même concept ou groupe de concepts pour définir les éléments d'une catégorie, sans se soucier des exceptions ou se demander dans quelle mesure le contenu du stéréotype ne s'appliquerait pas justement aux exceptions elles-mêmes. Stéréotyper est ainsi un comportement particulièrement dangereux, une supposition sur un groupe de personnes ne correspondant souvent à aucune réalité.

2012 12 01 Les Diablerets-5410

Kathrin "de la digue"

Dans le cadre d'un de ses cours à l'UNIL, Kathrin doit tenir à jour un journal d'observation, dont le but est consigner ses expériences de la vie quotidienne en milieu francophone: quelque-chose de culturel étonnant, problématique, incompréhensible, amusant etc. Il lui est demandé de décrire de façon aussi précise que possible la date, le contexte général, la situation exacte etc; et de noter ses réflexions, interrogations et hypothèses. Son lieu d'observation: le métro de Lausanne: "j'ai choisi le métro pour faire des observations et révéler des règles implicites. Le métro est un lieu où les gens sont confrontés à une situation de rencontre avec des gens inconnus. Ils sont souvent proches des autres, plus proches par exemple que dans un café ou dans un restaurant. C'est la raison pour laquelle j'ai choisi le métro. En plus, je prends souvent le métro et pour cela je trouve qu'il est intéressant d'observer un lieu auquel je ne fais normallement pas attention." Kathrin continue: "j'ai pris le métro M1 au Flon pour aller à Renens-Gare. Puis, je suis restée dans le métro pour aller dans l'autre direction. Beaucoup de gens ont lu, d’autres ont écouté de la musique par leur lecteur MP3 ou ont écrit des messages par leur portable. Il y avait des gens qui ont parlé, mais ils n'ont pas parlé d'une voix forte. Certes, parfois les regards des gens se sont croisés, cependant ils n'ont pas regardé dans les yeux de l'autre pendant longtemps. C'est pour cela que je pense que la règle implicite la plus importante dans le métro est de ne pas déranger les autres voyageurs. Toutes les choses qui pourraient déranger quelqu'un sont évitées par les gens, elles sont « interdites »  par les règles implicites : crier, courir, fixer quelqu'un avec des regards ce qui est considéré comme impoli ici. Au cas où il y avait des gens devant la porte, ils se sont écartés quand quelqu'un d'autre voulait sortir. Quand le métro s'est arrêté et les portes se sont ouvertes, les gens sur le quai ont laissé sortir les gens dans le métro. Je pense donc que les voyageurs sont « obligés » de faire attention aux autres. En outre, les gens ont parlé seulement aux gens qu'ils connaissent déjà, ils n’ont pas parlé aux inconnus. J'étais assise sur une place au milieu d'une rangée de trois places avec une rangée identique de trois places libres juste en face. Le premier qui est entré a choisi une place de la rangée en face. C'est pour cela que je pense que chaque personne qui entre toute seule dans le métro reste seule."

L'apport d'une expérience de mobilité internationale dans le cadre d'un programme d'échange du type Erasmus, d'un volontariat ou d'un stage à l'étranger est qualifié et quantifié par plusieurs études, comme celle-ci, publiée par Behrnd et al. (2012). Des expatriations courtes d'un an, si elles sont conduites dans une démarche positive et constructive, permettent, lors d'un retour au pays, de pouvoir développer et intégrer nombre d'acquis liés à l'interculturel. Dans cette logique, il est alors intéressant de lire ce genre d'études, qui proposent qui plus est une revue de littérature en première partie. Ainsi, on y apprend donc que la compétence interculturelle est améliorée en s'expatriant pour des études ou des stages, de manière plus importante que d'autres compétences, telles que des compétences sociales ou personnelles. En s'expatriant, une personne améliore en général son auto-adaptation, ses prises d'initiatives et de décisions, ou encore sa flexibilité. D'autres études montrent qu'une expatriation d'un an apporte plus qu'une expatriation de quelques mois. Alors que le premier objectif de l'étudiant(e) s'expatriant dans le cadre de ses études est l'acquisition d'une langue étrangère, une fois installé dans un autre pays, les différences et nuances culturelles sont observées lors du socializing ou des colocations. Enfin, il est très intéressant de noter que plusieurs études soulignent une grande différence entre le fait de s'expatrier avec ou sans préparation. Du fait des challenges sociaux et psychologiques générés par une expatriation, certains auteurs mettent en avant le besoin de programmes de support et d'orientation pour les étudiants s'expatriant. Pour conclure, les expatriations d'un an peuvent permettre à des personnes novices de se lancer dans le développement d'une compétence puis une expertise sur l'interculturel...pour pouvoir mieux repartir !