22 déc. 11

Une souris et...Kayoung, Saena et Agnes: " C'est triste "

La conscience internationale, la compétence interculturelle, une meilleure compréhension de notre Monde. Quelques exemples de ce que peuvent apporter des expatriations, des rencontres internationales, des chantiers de bénévoles, internet, les lectures, les conférences etc. Mais une chose est plus puissante que les autres pour la tolérance entre les peuples: le partage de moments de vie avec des personnes d'autres lieux. Oh que cela n'est pas toujours valorisé en France, et que la direction actuelle tend plutôt vers davantage de communautarisme, à première vue. L'échange avec des coréens et coréennes, il est aisé en Europe, tant ceux-ci s'expatrient plus qu'auparavant. La naissance d'amitiés a eu lieu, amitiés éphémères physiquement, mais qui restent dans un coin de cerveau. Alors que j'avais commencé à écrire ce message il y a quelques mois, et que, faute de motivation, le brouillon était resté en l'état, voilà que le dictateur nord-coréen meurt, et que les vidéos des habitants endoctrinés, en pleurs, apparaissent au monde entier. C'est il y a quelques jours seulement que j'ai davantage mesuré l'acquisition de cette conscience internationale, quand, pensant à Kayoung, cette petite coréenne qui a partagé un chantier international en ma compagnie, une légère insomnie s'est déclarée suite aux images de Corée du Nord. Une bonne raison de finaliser cet article sur des échanges avec ces copains coréens.

Août 2010: soirée en refuge. Une bougie. Une flamme. Un au-revoir. Un adieu ? Kayoung et Saena terminent d'écrire leur perception du jour ou de la semaine. Comme beaucoup de coréens à l'étranger, elles tiennent à jour un journal personnel de leurs expériences et de leur vécu. L'écriture coréenne est fine, esthétique, et même élégante. Pourquoi ne pas l'apprendre un jour ?

IMG_3947 IMG_7740  

L'écriture du soir se termine doucement. Les deux volontaires ont passé du temps ensemble, et l'entente fut bonne. L'une partira peu de temps au Portugal, faire un nouveau chantier. L'autre finira sa formation dans l'hotellerie en France. Deux parcours très différents, mais qu'un élément rapproche: leur origine sud-coréenne. Le silence est d'or. Plus un bruit. Seul un léger mouvement de la flamme. Un an et demi plus tard, le souvenir est flou, un peu illusoire. Ces journeaux intimes, sans doute plein de belles anecdotes de vie, des remarques sur les lieux découverts. Kayoung a t'elle aimé la tartiflette savoyarde ? Je ne le saurai pas. Nous parlons plutôt d'un sujet nettement plus intéressant, mais aussi beaucoup plus sensible; La Corée du Nord. La séparation de la Corée en deux blocs. C'était en 1953. Une éternité quand on a 10 ans, récemment quand on en a 30, le jour de ses 10 ans quand on en a 70. 60 ans, la guerre froide et cet autre monde. La Corée du Nord sera communiste, la Corée du Sud rattachée à l'économie de marché. Et les coréens alors ? Certains perdront de vue des membres de leur famille, de l'autre côté. La folie des puissants de ce Monde. Je ne rentrerai pas dans le détail de l'histoire des Corées, trop inconnue et sans doute très bien expliquée sur la toile. Mais ce sujet, Kayoung le résume dans cette phrase: c'est triste.

Cette phrase je m'en souviens bien. Cette méconnaissance du sujet que j'avais aussi. La discussion qui s'en suivi, sur le budget d'armement des nord-coréens, les tentatives de fuite, les frontières ultrabarricadées, la folie du dictateur. Cette vision par deux habitantes locales du Sud, la plus profonde, la plus importante à écouter. C'est sans doute pour cela qu'il y a quelques jours, Kayoung était omniprésente dans mon esprit. Le temps d'une nuit, comme la forte envie de lui envoyer un mail, sans nouvelle d'elle depuis un an et demi. Juste avant, j'ai écrit à Agnes, coréenne en Service Volontaire Européen à la délégation Auvergne de l'association Concordia. Nos chemins s'étaient croisé une petite semaine en 2010, dans le cadre d'une formation d'animateurs. Une jolie asiatique pleine d'humour.

Agnes Kim

J'approche la conclusion de ce petit article sans prétention par le petit échange de mail avec Agnes.

Moi. " Hello Agnes. How r u ? I'm wondering how you are doing and a bit "sad" for my corean friends cause of what happens in North Korea. I mean, the videos we can see on youtube are really impressive. What is your opinion ? "

Agnes. " I'm doing great! How are you doing?  Well, I'm not in the Korea now but when I read the news it seems like many s.korean people is afraid cuz no body know what is gonna happen.. Our president is (it's really easy if you think he's like a president of France) very negative to N.Korea so. Anyway, I saw that video too.. It was really impressive. but it's kind of scary that everyone cried like their family died.. I know it's sad but I could feel there is a lot of propagonda... Hopefully, we gonna reunited in a peaceful way someday, but sadly, many s.korean people doesn't want it anymore.. sad. really.  Thanks to ask anyway. Peace!" Best wishes Emmanuel! "

Cette séparation entre les deux corées, non réunies après 60 ans, Agnes le vit comme Kayoug et sans doute beaucoup d'autres de leurs compatriotes. Et c'est ce sentiment de tristesse qui revient dans les échanges.

Posté par Emmanuel_M à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 juin 11

France/Rhône-Alpes/Ain: Anecdotes coréennes en France

la Haute-Chaîne du Jura est l'une des plus grande réserve naturelle de France, outre-mer compris. Réserve naturelle ? Comme son nom l'indique, cette terminologie désigne un territoire protégé à des fins de conservation de la nature. Conserver un environnement naturel est en effet une priorité en France, et l'Etat dispose pour cela d'un certain nombre d'outils réglementaires. Les réserves naturelles en font partie comme les parcs nationaux. La réserve naturelle de la Haute-Chaîne s'est construite au fil des années 70 et 80 à cette fin: protéger ce patrimoine paysager et naturel d'une grande valeur écologique et assurer la pérénnité d'un territoire soumis à une forte pression démographique. L'espèce symbole de la Haute-Chaîne est le Grand-Tétra, mais la valeur de la flore et de la faune ne se résume en aucun cas à cette unique espèce. Ces notions de protection du patrimoine naturel sont intéressantes à apporter à un groupe de volontaires internationaux, dont la plupart ne sont pas formés en gestion environnementale et ne connaissent presque rien à ces outils. Mais en plus d'une approche pédagogique lié à la réalisation d'un travail d'utilité publique par le groupe, le chantier de jeunes bénévoles permet aux personnes inscrites de vivre une expérience de vie assez puissante durant trois semaines, avec des personnes venant de 5 ou 6 pays différents, répartis sur plusieurs continents. Apprendre à gérer une réserve d'eau pluviale limitée pour tout le groupe. Se doucher à l'aide de douches solaires au milieu des épicéas. Marcher au milieu des vâches.

IMG_3941  

C'est ce qu'une semaine en refuge au sein de la réserve peut faire vivre à une habitante de Moscou ou de Séoul. Sacré dépaysement ! Et le matin, travail pour dégager les arbres coupés par des agents de l'ONF, afin de laisser ouvert les habitats typiques des gélinottes et grand-tétras. Sans un habitat favorable, impossible à l'espèce de ce développer et à ses effectifs de rester stable ou en augmentation. C'est un peu cette problématique qui se retrouve dans les renaturation de cours d'eau: améliorer l'habitat sur le long-terme plutôt que repeupler une rivière chaque année. Et puis comme souvent, séjourner en refuge permet l'accès à des milieux protégés et à des paysages préservés. 

P1040549

P1040560 P1040508 SDC11085

P1040526

Coucher de soleil dans le Jura français

La Haute-Chaîne sépare deux régions, deux départements, deux économies, deux manières de vivre. Le pays de Gex et le genevois d'un côté, la franche-comté et ses paysages agraires de l'autre. Le col de la Faucille permet le passage entre ces deux territoires, et l'ascencion de la haute-chaîne donne une vision panoramique exceptionnelle des environs.

P1040642 

P1040668

Vue sur les Alpes et le Jura depuis le Reculet, Haute-Chaîne du Jura

La plupart des personnes réalisant un chantier durant l'été ont entre 16 et 25 ans et ont plusieurs objectifs: valoriser un temps de vacances après un travail saisonnier et une année d'études. Rencontrer des jeunes internationaux, parler une langue étrangère et s'ouvrir sur le monde. Découvrir un territoire et ses habitants, en France ou à l'étranger. Beaucoup sont étudiants, certains sont déjà insérés dans le monde du travail. Certains viennent aussi parce que les politiques éducatives et internationales de leurs pays respectifs poussent à l'expatriation et à l'expérience internationale. C'est notamment le cas des étudiants coréens, dont le nombre explose sur ces chantiers internationaux, depuis 15 ans. Kayoung, en photo ci-dessous, exprime bien cette nouvelle mobilité de la jeunesse coréenne à travers le monde. En master de LEA, elle a préféré prendre une année de pause avant de terminer ses études, en venant vivre et voyager en Europe. Après quelques mois de travail à Séoul, c'est une série de quatre chantiers internationaux qu'elle a réalisé en 2010, en Europe du Sud. L'idée, progresser en anglais et mieux connaître les européens. Très utile, tant professionnellement que personnellement.

IMG_3957

Suki, rencontrée sur un autre chantier, en Bretagne, avait elle un autre objectif. A 31 ans, tenter l'aventure en partant 3 mois en Europe, seule, sans parler aucune langue du vieux continent, et sans jamais être sortie de Corée du Sud. Un challenge à relever, car sans aucune base en anglais, séjourner en Europe trois mois ne doit pas être si facile ! Brest, un matin, à la gare ferroviaire. Le soleil brille, un groupe de jeunes internationaux s'apprête à prendre le train, et d'un pas déterminé, Suki prononce au guichet, cette suite approximative de mots: "Moi, billet, Bénélux". Une tranche d'aventure! 

08 janv. 11

France/Rhône-Alpes/Ain - Une journée à Crozet

Save Lulu. Mot-clé d'un chantier de bénévoles qui a eu pour cadre de travail la haute-chaîne du Jura, massif surplombant le lac et qui délimite deux mondes bien différents. D'un côté, le pays de Gex, un des territoires du département de l'Ain, séparé du reste du département par le Fort l'Ecluse, et disposant d'une réelle identité culturelle de part son intime relation au canton de Genêve. De l'autre, le Jura, un des plus grands massifs calcaires de France, ses pâturages, son Parc Naturel Régional, sa zone Natura 2000, sa réserve naturelle...protéger les mille-pâtes se fait avec un mille-feuille ! Quoi que, des mille-pâtes, il en existe surement dans la réserve naturelle Haute-Chaîne du Jura, mais il ne s'agit pas de l'espèce emblêmatique du territoire. Non, qui dit Haute-Chaîne dit Grand Tétra ! Mais revenons à Lulu ; C'est un peu un emblême dans certaines parties du Monde maintenant, en Ukraine, à Moscou ou à Séoul. Et pour cause, de jeunes et dynamiques volontaires sont venus travailler dans les bas-monts de la Haute-Chaîne, dans le cadre de la gestion de ces habitats précieux à de nombreux égards.

P1040152 

L'année 2010 était l'année de la biodiversité. Thème dont le matraquage médiatique peut fatiguer l'esprit et mettre aux oubliettes du citoyen lambda l'importance de sa préservation pour la pérénnité de tous. Car en plus d'une valeur intrinsèque, ce papillon ne pourrait-il pas un jour fournir la molécule salvatrice d'une épidémie de l'Homme ou de ses sources d'alimentation ? Et dans la prise en compte du développement pérenne d'un territoire, comment l'agriculture peut-elle rester viable si des lieux de pâtures gêrés de manière extensive ne subsistent pas au sein de celui-ci. La région des alentours de Genêve est, comme dans beaucoup d'autres villes du monde, soumise à une pression de l'urbanisation sans cesse croissante...une pression pour l'agriculture, qui se doit de garder des terres arables pour survivre, et que les réseaux de type AMAP soutiennent. Pression pour la biodiversité, car dans des régions ou l'habitat résidentiel est important, qu'en est il de la richesse écologique des jardins et autres parcs? Ici ou là-bas, des associations veillent à encadrer l'aménagement du territoire. LA FRAPNA, par exemple. Et puis, n'y a t'il pas des perceptions de la nature en ville à faire évoluer au sein des habitants urbains, de 7 à 77 ans. Prendre en compte le maintient et le développement de la diversité biologique en ville doit devenir un axe majeur dans les projets d'urbanisme et d'aménagements. Mais revenons à nos bas-monts...

P1040324 

Ces habitats sont des pelouses sêches. D'un sol calcaire et sec et d'un ensoleillement important  découle une flore très riche avec des espèces méditéranéennes. Un habitat assez ouvert, et qui se doit de le rester pour maintenir une avifaune de valeur en Europe, telle que l'atteste la présence des pie grièche écorcheurs ou des alouettes Lulu. Ces sites possèdent également une valeur patrimoniale en tant qu'anciens sites de transhumance, et agricoles. Août 2010, le clocher de Crozet sonne l'heure du levé, et d'un pas éclairé, Kayoung et ses compères partent dans les bas-monts avec un objectif en tête: Save Lulu!

DSCF0159

Les chantiers de bénévoles (locaux ou internationaux), démarche fréquemment utilisée par les structures de protection du patrimoine naturel à des fins de travaux, d'animation et/ou de communication

Posté par Emmanuel_M à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 nov. 10

France - Retour vers le futur

2010 tire à sa fin. Vivement 2011 et un emploi stable ! Une année délicate pour beaucoup en France. Des petits échanges, d'un soir, d'un instant, dans le cadre professionnel, dans le cadre personnel, d'une rencontre instantanée, réelle, parfois virtuelle, méritent une micro-synthèse. Echange avec Manu, ou avec la population française, d'ailleurs. Petit tour d'horizon de phrases entendues ou lues, juste pour le plaisir. C'est marrant d'aller vivre en Suisse, en Irlande ou en Guyane, ça permet peut-être de s'interroger sur sa propre manière de vivre et de comprendre la France métropolitaine. Pays dans lequel la précarité et la pauvreté semblent augmenter en ce moment.

Entendu en 2010. Le panel est large: citoyens de l'ex-URSS, d'Amérique du Sud, travailleurs sociaux, associations militantes, ingénieurs en gestion des milieux naturels, médias étrangers, promeneur au coin de la rue, musiciens etc.La plus belle, la plus grandiose, un concept nouveau, la philosophie des lumières, enfin les lumières des plateaux télés je veux dire. "D'accord, connasse". Le truc, c'est pas de se faire traiter de connasse, c'est plutôt habituel, mais ce qui fait toute la différence, c'est de se faire traiter de connasse par un philosophe. C'est le genre de truc qui t'arrive qu'une fois dans la vie. Te faire traiter de connasse par un philosophe. C'est rare comme concept. Ce philosophe s'appelle François Miclo, et je l'observais devant l'émission "Ce soir ou Jamais" du 28 septembre, en présence de Matthieu Pigasse notamment, le propriétaire des Inrocks, qui se demandait parfois en présence de qui il était tombé...Certains ont peut-être vu l'émission ? en tout cas, un petit commentaire par message privé sur Facebook sur le grand n'importe quoi de son discours, écrit aussi suite à la lecture d'un soir du Causeur, m'aura valu un superbe: "D'accord, connasse". Marrant !

Mais revenons à des échanges vécus...ils sont nombreux...je pense à Alba, qui a la même vision des sociétés européennes que nombre de Latin(es)...une gagnante, 6 ans d'US derrière elle, qui vivra ses rêves, je l'espère et le pense...une rencontre hasardeuse, par un clic de souris... 

Alba

Alba, de Bogotá à Annecy. Choc culturel !

Sinon, autre rencontre printanière, Hindi Zahra, et sa voix qui englobe toute l'Usine à gaz de Nyon...un bel échange de regard qu'elle a bien sûr oublié ! Un album intéressant, un tango absolument beautiful, et d'excellents zicos, dont les deux guitaristes, qui m'ont fait fantasmé un instant (enfin, pas en tant que guitariste, mais en tant que guitariste d'Hindi Zahra, on est d'accord!)

HindiZahra2

Hindi Zahra, nouvelle voix française

Et puis de nombreuses rencontres internationales cet été, des moments partagés avec des personnes de 13 nationalités, une meilleure compréhension des cultures, de petites anecdotes, une Bretagne rurale intéressante, la médiation auprès des acteurs de gestion d'un site Natura 2000, la gestion de milieux précieux dans le Haut-Jura...toutes ces thématiques seront abordées sous un angle scientifique, un jour peut-être, sur ce blog ! Les chantiers de bénévoles internationaux, bel outil de développement local et personnel!

P1030688

P1040697

Saena, sud-coréenne, dans un alpage jurassien

L'automne, la crise, le froid...la réforme des retraites, la gauche appelant les français dans la rue, la droite passant en force, notre président et son avion à 176 millions d'Euros. Le coût de 5 lycées en Guyane, pour citer un exemple connu. Et bien sur, "un avion polluera moins que deux". Comme un sentiment de nausée. Et à côté de cela, le terme de "situation d'urgence humanitaire" employé par une travailleuse sociale d'une commune du Rhône, aux yeux bleus aussi déstabilisants que ne l'était son engagement. Les éditoriaux du "New York Times" sur les grèves d'octobre ("PARIS — Welcome to France! As my train emerged from the tunnel linking Britain to the European continent, the announcement came: “As a result of a general strike, certain rail and other services will be disrupted.Labor unions are mobilized, high school kids are out in force, oil refineries are struggling and more than one million people have taken to the streets as France rises to confront the government’s decision to lift the retirement age to 62 from 60. Yes, you read that right: to 62 (...)") La même actualité dans les médias brésiliens, un sentiment de malaise cette fois. Lula s'en va, le Brésil est festif comme toujours, le Brésil est optimiste en l'avenir, comme jamais. Et cette même travailleuse sociale du Rhône de dire: "Au Brésil, la démarche actuelle est d'apprendre aux gens. En Europe, on les abêtit pour mieux les gouverner." Michael Vendetta, abrutit symptomatique, pathologique, instrumentalisé, bel exemple de cette remarque... la première image perçue par les mineurs allumant la télé le soir, pendant des mois. Retour vers le futurisme?

Allez, une dernière rencontre, celle d'un groupe de potes qui ont monté leur projet de bar associatif à Lyon. Un petit texte sur le coup. Passons en 2011, célébrons le premier anniversaire de la mort de Mano Solo, et finissons cette année en citant ce qu'il écrivait il y a quinze ans: "je me dois d'un poème, dans cette journée de novembre à la con".

De l'autre côté du pont,

Souffle un air de Kaly 

De l'autre côté du bar 

Sert Marie à tout prix

 

Un bar plein de verres vides

Un bar vide de verres pleins

A ma gauche une affiche Callas

A ma droite des peintures de palaces

 

Un côté du Rhône au goût alpin

Remplit ce verre, essaie l'alexandrin

Vide l'esprit de quelques chagrins

Crée ce texte et un peu de lien

 

L'autre côté du pont s'aperçoit au loin

Celui de Charpennes à Gambetta

Comme celui de Cayenne à Lula

Un passage éclair d'ici à là-bas

 

Le verre se vide, le texte prends fin

Cat Power chante sur les siens

Un air de magie dans une aire de folie

De l'autre côté du pont je lui dis merci!

 

PS: "De l'autre côté du Pont" est donc un pub lyonnais ou se déroulent de nombreuses soirées thématiques et autres débats

Posté par Emmanuel_M à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 oct. 10

Une souris et des Hommes

Ras-le-bol ! La sensation d'inutilité peut souvent induire une envie de changement. Assez parlé de mes perceptions et de mon vécu ! Pourtant, j'ai cette envie d'entretenir ce plaisir d'écrire et de décrire. Mon clavier libérerait-il des phéromones?  Ce blog, "une souris et des hommes", se veut maintenant consacrer à témoignages multiculturels et autres articles sur les thèmes du développement, de l'environnement et des échanges internationaux. Non, je ne vous montrerai pas l'attraction de telle ou telle ville, ou alors, vraiment pas souvent !

P1040227

 Une souris et des hommes: témoignages multiculturels

"Une souris et des hommes". Un titre, plusieurs interprétations. Comme souvent. La quasi similarité avec le roman de Steinbeck par exemple, dans lequel Georges et Lennie, deux amis errant sur les routes de Californie, partagent depuis toujours le même rêve: partager un jour une petite exploitation, pour vivre comme des rentiers et y élever des lapins. Vivre simplement, cultiver son potager après avoir cultiver son jardin. Avant que George ne décide de tuer Lennie...deux compères, qui pourraient être vus comme un seul et même être, avec une part humaine et une part plus animale. A moins, que, soyons plus terre à terre, ce titre évoque ces petites souris que chacun de nous croise, dans les champs, dans les villes, au milieu des hommes et des activités qu'ils génèrent. Après tout, pourquoi ne pas se demander: et si j'étais une souris, quelle serait ma perception du monde des hommes ?" Sait-on ! En fait, la troisième interprétation que je ferais serait celle qui est la plus proche du dessein qui dessine la survie existentielle de ce blog. Dans ce monde connecté par l'outil internet, ou chacun, en un clic de souris, peut rentrer en relation avec son semblable, ou son opposé, et échanger avec des citoyens de la planète, pourquoi ne généraliserais-je pas cette démarche simple et accessible à tout internaute ? Une souris informatique, et des hommes.

manu

Manu, par Marion

"Développements, environnements, mobilités, éducations: Témoignages multiculturels". Mon envie? Vous présenter des personnes, des amis, des potes virtuels avec qui je converse depuis maintenant plusieurs années, ou quelques mois. Des amis d'ici, surtout d'ailleurs, qui ont croisé mon chemin, parfois uniquement via ma souris. Continuer à parler des trois axes du développement durable - économie, social, environnement - à travers des perceptions personnelles mais surtout à travers le regard de ces personnes, d'où quelles soient. Cette soutenabilité passe aussi par la promotion de la paix internationale. De nombreuses guerres sont liées à des perceptions faussées, paraît-il. Mais de chez soi, depuis l'ordinateur depuis lequel vous lisez ces quelques lignes par exemple, avec quelle approche, quelle méthode pourrais-je dire, peut-on auto-analyser notre propre perception des choses. De notre environnement, tant voisin que lointain. Tant local que global. Tant naturel qu'humain. L'opinion d'un homme est influençable par la parole d'un autre, celle d'un peuple aussi. Difficile de se retrouver dans toute cette information qui est mise à notre disposition. Toutefois, un paradigme fondant la démarche de ce blog pourrait être qu'un monde sans échanges interculturels serait bien moins riche et tolérant. Moins bien perçu, et encore moins compris! A partir de cela, ce blog présentera parlera de rencontres que j'ai pu faire il y a plusieurs années ou quelques jours, donnera quelques points de vue, quelques pistes intéressantes à discuter ou analyser! Quelques articles plus pointus sur les trois axes du développement durable, aussi, surement, et si possible le tout en photos !

Posté par Emmanuel_M à 23:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

04 mai 10

France/Guyane - Prochaine étape ?

Prochaine étape: Journalisme amateur? De retour en France métropolitaine, je vais faire une pause dans ce blog. Toutefois, j'aime vraiment écrire et j'ai envie de continuer à progresser en photo au fil du temps, aussi je risque d'avoir très ponctuellement l'envie de publier quelques articles orientés vers du journalisme amateur sur les thématiques du développement local durable et de l'environnement, sur des sujets photographiables.

P1010471

"Vu la tête de ce champignon, le nuage ne s'est pas arrêté à la frontière" (journalisme amateur !)

Prochaine étape: France métropolitaine? Hé oui, à priori je suis parti pour rester quelques années en France métropolitaine. Voir autre chose permet aussi de mieux percevoir, à la fois sa propre histoire, sa propre identité, mais aussi les territoires dans lesquels on vit. Je veux parler de la France métropolitaine dans son ensemble, ou plus particulièrement de la Haute-Savoie, de Rhône-Alpes etc. En 2010, il est vraiment facile et utile à tous d'aller voir ce qui se passe ailleurs. A ce jour, partir dans un autre pays de l'UE est particulièrement facile sur les plans administratifs, et dans cette identité européenne qui se construit petit à petit chez une partie de la population du vieux continent, c'est une possibilité qui vaut vraiment le coup et qui permet de prendre du recul sur les mouvements nationalistes et le repli sur soi. De même, vivre une expérience dans un département français d'outre-mer offre à chaque métropolitain la possibilité d'avoir une vision plus fine de la France, tant par l'histoire, la géographie que par l'actualité. la France métropolitaine et ultramarine est composée d'un nombre de territoires particulièrement variés, avec des identités culturelles régionales assez diverses malgré un système centralisé. Dans un pays qui a changé, la richesse et la diversité des cultures, qui fait particulièrement peur aux nationalistes, est à mon avis dans la lignée de la construction d'une France plutôt mélangée dans un monde de plus en plus brassé. La Guyane offre un exemple de mélange qui se passe plutôt bien, où chacun arrive à vivre avec chacun sans trop de racisme.  

Prochaine étape: on force la machine ! Petite allusion à un artiste qui m'a toujours donné envie de découvrir l'Amérique du Sud. Faire de plus en plus attention à nos actions au jour le jour, acheter simple, malin et responsable. Travailler sur des projets liés à ses idées. Tout cela est bon pour soi-même mais aussi pour autrui et l'environnement. Mettons cela en pratique au jour le jour ! Un petit signe de paradis avec cette dernière photo, pour rappeler aussi l'existence de l'effet papillon dans chacune de nos vies. A bientôt !

P1010490

Posté par Emmanuel_M à 14:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
03 mai 10

France/Guyane - Remerciements

Ce premier article en guise de conclusion, je le consacre à toutes les personnes qui m'ont aidé à la réalisation de ces projets dont je parle sur ce blog depuis maintenant de 3 ans. Tout d'abord, par envie de transparence, je tiens à remercier mes parents qui ont eu un rôle important en m'aidant à m'installer en Irlande. En m'avançant le financement de mes cours d'anglais en avril-mai 2007, ils m'ont permis de m'installer plus tranquillement et surtout de me laisser le temps de trouver un emploi de qualité, donc d'avoir diverses une expérience professionnelle et de valider un séjour de presque un an sur l'île d'Emeraude...ce séjour ayant été primordial dans l'obtention de ce poste en Guyane française et dans la réalisation de cette expérience parfaitement dans la lignée de la construction d'un projet personnel et professionnel. Merci beaucoup à mes parents donc, qui ont en plus fait la démarche de venir découvrir la Guyane, ce qui leur a surement fait autant plaisir qu'à moi. Il est certain que cette aide m'a été précieuse en 2007, mais de faibles ressources ne doivent pas empêcher quelqu'un de partir vivre une expérience loin de ses cadres. Je pense que le plus important est de garder un peu d'argent sur un compte à part pour financer un éventuel retour en cas de pépin dans le pays expat ou dans le pays d'origine. J'ai rencontré des personnes qui sont arrivées en Irlande avec environ 500 euros. Ça fait peu, c'est certain, mais avec un brin de détermination et de débrouillardise, elles sont arrivées à s'installer et à trouver un job, dans une économie certes très favorable à l'époque. Dans tous les cas, partir travailler ailleurs vaut vraiment le coup.

Ce séjour en Guyane m'a permis de rencontrer de nombreuses personnes avec qui j'ai noué des relations de qualité. Je pense à ma colocataire durant 8 mois, et dont le parcours professionnel m'inspire particulièrement, je pense à Hervé, mon compère bénévole avec qui j'ai parcouru les plages, je pense à Eric qui aura été toujours là et en particulier le week-end ou j'avais besoin de lui, je pense à Steph et Lola, qui m'ont hébergé à deux reprises. Je me suis fait un groupe de potes grâce au couchsurfing, et ai pu découvrir de super personnes: Dave et Ophélie, Claude, Delphine, Elisa, Audrey, Jody pour ne citer qu'eux.

P1020164  

Il y a aussi Marc et Alain, deux ingénieurs civil guyanais avec qui je travaillais et qui ont su m'intégrer au service et me faire apprécier ce département, il y a bien sur les kouroutiens (Ludo, Caro, Kamal, Sandra, Alexandra, Joachim pour ne citer qu'eux). Et puis je n'oublie pas Raph, Juliana, rencontrée à Dublin et recroisée à Cayenne, Marie, Sylvia, Eddy et toutes les personnes avec qui j'aurai partagé quelque chose à un moment ou un autre. Et un petit clin d'oeil aussi à Babzy, commentatrice de choc ! Travailler sur des projets sur un territoire donné, que ce soit en France métropolitaine, dans les DOM ou dans n'importe quel pays, nécessite un minimum d'engagement dans son projet professionnel. Dans ce sens, j'ai eu une chance de rencontrer des personnes passionnées et passionnantes tout au long de cette expérience professionnelle. Je pense à deux Inspecteurs de l'Education Nationale avec qui j'ai partagé la pirogue m'emmenant sur le Maroni et l'Oyapock et pleinement investies dans leur tâche de superviser et d'améliorer l'enseignement du premier degré dans leurs circonscriptions. Comprendre le fonctionnement de l'Education Nationale, qui plus est dans le contexte guyanais, est particulièrement utile. Ajouter une brique aux constructions scolaires du département le plus jeune de France, comprendre la relative critique de nos compatriotes guyanais vis-à-vis de l'État, avoir une première perception de l'Amérique du Sud, et tout simplement avoir une vision plus complète de la France, sur les plans historiques, géographiques et culturels, fait partie de ce que peut apporter une expérience en Guyane. Merci à vous tous pour tous les moment de qualité passés en votre compagnie !

Posté par Emmanuel_M à 21:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
02 mai 10

France/Guyane - Retours au vieux port de Cayenne

Le vieux port, beau site pour l'observation des oiseaux limicoles des vasières et mangroves.

P1020060 P1020063 P1020065 

P1020068 P1020093 P1030365

P1020082 P1020085

Moucherolles pies en train de faire la maison (à gauche) et les bébés (à droite)

Chaque passage sur ce site m'offrit la possibilité de quelques observations de qualité. Voilà une aigrette neigeuse.

P1020077 

Mais une sortie me fit vivre des émotions particulièrement forte. 9 octobre 2009. La saison sèche est là, et cette soirée, le soleil couchant nous offre un cadre d'observation absolument splendide. Des milliers d'oiseaux limicoles -oui, des milliers - passent autour de nous, observateurs avides de clichés et de moments intacts, remontant les vasières, longeant cette côte mobile pour le plus grand plaisir des yeux.

P1030114 

Vol d'ibis rouges, observation géniale sur fond de soleil couchant

P1030119

Le soleil enveloppe la surface de l'eau de tout son éclat, et cette sortie hasardeuse illumine une année guyanaise remplie d'expériences très fortes. Mais voilà, mon contrat d'un an s'est terminé, et même si certains objectifs de ce projet n'ont pas aboutis, d'autres objectifs et une certaine réalité m'incitent à un retour en France métropolitaine, pour une durée indéterminée. Pas de boulot, plus d'appart, pas de moyen de déplacement, et toute la vie devant moi pour revenir un jour peut-être travailler dans ce département intéressant et accueillant. En ce 9 octobre, je laisse mes émotions vibrer à la vue de ce paysage naturel paradisiaque, et revisualise intérieurement nombre de moment vécues durant ce séjour qui restera gravé pour sa richesse tant sur les plans personnels que professionnels. En ce 9 octobre, j'ai la satisfaction d'avoir réussi de nombreuses choses mais la sensation que cette expérience guyanaise n'est qu'une première étape d'un projet professionnel et personnel plus conséquent qui me verra probablement reposer un pied ici. Car au bonheur d'avoir fait des rencontres si enrichissantes s'ajoute celui de mieux percevoir son histoire et son identité, en tant qu'individu mais aussi en tant que personne française parmi tous les citoyens du monde. En ce 9 octobre, le moment est gravé, les conclusions s'imposent et le retour en France métropolitaine se décide progressivement...

P1030373  

Un coucher de soleil comme clôture d'un séjour faisant rayonner les envies

Posté par Emmanuel_M à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mai 10

France/Guyane - Excursion dans l'Ouest

Le paradis existe, il suffit d'ouvrir les yeux. Cette affirmation est particulièrement vraie lorsqu'on dors en Hamac au gîte Angoulême, sur la route de l'ouest guyanais, et qu'au petit matin une multitude de chants d'oiseaux réveille l'homme de passage pleinement assoupi au milieu de la forêt.

P1020944 

Coucher de soleil sur la forêt

P1020957

Lever du jour sur la forêt 

Cette forêt est toujours aussi envoutante et surprenante. Le gîte est un point de départ idéal pour une balade dans ses alentours, et c'est surveillé par le païpayo que nous nous y aventurons. un petit sentier, une rivière, des arbres majestueux, welcome to Amazony!

P1020964 P1020975 P1020978 

P1020988  P1020990

Le gite est sur une clairière aux nombreux arbres et arbustes fruitiers. Quant aux serpents collectionnés dans l'alcool, ils proviennent des alentours...

P1030051 P1030056 

P1030059 P1030055 P1030058 

L'ouest, c'est aussi Saint-Laurent du Maroni et son marché aux multiples couleurs. Le marché le plus sympa que j'ai réalisé en Guyane, duquel on sent le Suriname. Il y a aussi ces petites cases sur le bord des routes, où des personnes, souvent bushinengés, vendent leur production de fruits et légumes. Puis, la route nous fait traverser Mana et nous fait arriver au bout de la Guyane, dans la commune amérindienne d'Awala-Yalimapo. Une petite commune aux habitations typiques, et un petit moment fort sympathique. L'ouest guyanais, c'est encore une autre saveur, qui se termine à Awala ou en remontant le Maroni, fleuve majeur de ce département et autre source de rencontres et de découvertes enrichissantes.

  P1030021 

Vente de fruits sur le bord de la route, ouest guyanais

Posté par Emmanuel_M à 19:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30 avr. 10

France/Guyane - 10,9,8,7,6,5,4,3,2,1...0

La visite du Centre Spatial Guyanais (CSG) offre l'opportunité de découvrir les salles de lancement ou encore le musée de l'espace qui retrace l'histoire de l'industrie spatiale européenne. Cette visite, gratuite (site industriel), est intéressante et permet d'accéder aux salles de lancement et autres bâtiments permettant l'envol des lanceurs Ariane 5. L'industrie du spatial apporte probablement à l'économie guyanaise et a abouti au développement urbain de la ville de Kourou. Une ville particulière, une fraction de l'identité guyanaise. Un autre exemple de cette diversité culturelle du département.

P1020890 P1020894 P1020900

P1020910 P1020921 P1020896

P1020873 P1020882

Assister à l'envol d'une fusée est forcément marquant. Je pense notamment à ce premier vol, de nuit, où le ciel illuminé laissait découvrir une bande de flamme énorme, alors qu'un bruit assourdissant enveloppait mon tympan. Un moment mémorable. Ci-dessous quelques photos d'un deuxième vol auquel j'ai assisté durant cette expérience guyanaise.

P1030296 P1030298

P1030304

 P1030306

Posté par Emmanuel_M à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :