D'autres Terriens découvrent la douceur de vivre périgourdine, par une belle journée d'été 2015 à Mouleydier. Pourquoi les présenter en quelques lignes ? Peut-être car, bien avant les voyages et autres visites de sites touristiques, c'est bien la rencontre de Terriens de différents continents qui m'inspire le plus. Peut-être aussi car il existe un différentiel important entre ces fameuses relations internationales, officiées par nos chers hommes d'Etat et autres hauts fonctionnaires, et les rencontres internationales qui peuvent se dérouler au niveau de la population : ainsi, la Grande-Bretagne était l'autre Grand Satan de l'Iran, titrait un journal en 2011. Tellement triste : il n'y a qu'à voir le magnifique film "Les chats persans", sur la vie du Téhéran underground pour rappeler l'évidence : quand on aime faire des rencontres internationales sur son temps libre, on se sent souvent plus proche d'une partie des Terriens avec qui on échange qu'avec une partie de la population de son pays d'origine. Du moins au niveau idéologique. Alors entendre Zemmour rappeler aux téléphiles que la préférence nationale est importante pour lutter contre le suicide français, forcément, semble très éloigné d'une vision plus internationale de la citoyenneté. C'est tellement étrange d'évoquer les lignes de vie d'un peuple, pour citer un livre, tellement les valeurs entre deux voisins peuvent être éloignées. Avant de connaître un autre Terrien, faudrait-il déjà connaître son voisin de pallier ? Peut-être, peut-être pas. En tout cas, une chose est sûre, développer des relations amicales avec d'autres habitants de la planête permet de facilement dépasser quelques représentations, de lever quelque peurs, d'aiguiser quelque envies de découverte. Rencontrer Joy, par exemple : un copain chinois ! Avec Muyao, qu'il n'a connu que récemment, ils ont gagné un concours pour se faire financer leur participation à ce projet à Mouleydier. Sur la base de leurs notes, de leur niveau d'anglais, et de leur culture générale...puis, ils ont eu des cours leur permettant de mieux connaître la culture française. Les professionnels de la mobilité étudiante chinoise seraient-ils en train d'évaluer les dispositifs de volontariat existant en Europe ? La Chine est elle la future Corée-du-Sud du volontariat international ? En tout cas, pour Joy, c'est une première en Europe...alors la découverte du rayon fromage du supermarché du coin est une belle expérience ! Quant à Muyao, elle se présente en quelques lignes : mon nom est Muyao. Je suis de Pékin, Chine. j'ai 21 ans. J'étudie l'architecture et j'aime les bâtiments ici. La vie sur ce chantier, pour moi, est précieuse, et j'aime les personnes que je rencontre. J'ai expérimenté un choc culturel, différentes manières de vivre, et une soirée à danser à l'Européenne. Je suis profondément émue de l'enthousiasme des français locaux.

P1060314

Muyao, en haut, et Joy, en bas

P1060318

Maxime a particulièrement apprécié la jolie ville de Sarlat. Cet Amienois de 27 ans était sur le chantier international de Gex, en 2010, et c'est naturellement que je lui propose de participer à ce projet avec moi...histoire de le recroiser quelques années plus tard. Une bonne retrouvaille : le travail sur le chantier ici est agréable, il s'agit de faire de l'entretien paysager sur le site des écluses des Tuillières.

P1060319

Katérina est une amie d'enfance de Jacob: mon nom est Katérina, je viens de République tchèque. Je suis étudiante à l'université technique de Prague. J'ai 21 ans. Je suis contente d'être ici. C'est mon troisième chantier, donc je savais à quoi m'en tenir. Mais c'est un projet très spécial. Les habitants locaux prennent soin de nous. Merci pour cette opportunité. Nous pouvons rencontrer la population locale, visiter des lieux intéressants de la Dordogne. J'aime énormément cet endroit et espère que vous apprécierez le travail que nous faisons. J'espère revenir un jour pour voir comment vous continuez à entretenir le site des Tuillières !

P1060320

Olivier a grandi à Kinshasa, Congo, et vit en France depuis 1 an et demi. Mon objectif : apporter une aide aux habitants de Mouleydier; Acquérir de nouvelles connaissances; Profiter, échanger sur la culture de chacun et améliorer la manière de vivre au quotidien.

P1060549

Citons ensuite Nuria, catalane ; Albi, d'Albanie; Minori, du Japon; Jiwon, de Corée du Sud...sans oublier Reyhan, animatrice turque. 15 personnes, 12 nationalités. Magique. Jiwon est étudiante et souhaitait donner un peu de sens à son été : je suis venu à Mouleydier pour expérimenter la culture française. Durant 3 semaines, j'ai pu apprendre sur les différentes cultures et modes de vie locaux. Bien qu'on soit tous de différents pays, on essaie de se respecter et de se comprendre. J'ai parfois été tellement surprise de voir à quel point nous pouvions être familiers entre nous. Nos cultures, langues et backgrounds sont tous différents mais en coopérant entre nous, nous ne faisons qu'un. Bien que n'ayons pas été en mesure faire l'entretien paysager intégral des écluses, je suis très curieuse de revenir ici et de voir comment celui-ci a été prolongé.

P1060255

Minori, du Japon et Jiwon, de Corée-du-Sud

P1060294 P1060324 P1060563

Nuria, Catalane, (en vert), Albi d'Albanie, Reyhan de Turquie

P1060438

Le chantier : entretien paysager des murs bordant les écluses

Des excursions de quelques après-midi permettent à tous de découvrir quelques éléments touristiques des alentours et d'imagier un peu mieux comment vivent les personnes dans ce beau département...à Montbazillac, par exemple, pour déguster un peu de vin ; à Sarlat, pour découvrir quelques produits typiques de la région...mais la visite d'une ferme de production de lait et fromage de chèvre est aussi à souligner. 

P1060535

P1060518 P1060330 P1060571 

Ces années de jeune adulte (18-30 ans) ne sont pas toujours évidentes à vivre : se lancer dans la vie adulte, suivre des études et autres formations génèrant des évaluations répétées, trouver sa voie ne se fait pas automatiquement. Alors même s'il s'agit d'une goutte d'eau, laissons-nous croire qu'un chantier international peut permettre aux jeunes de cette tranche d'âge de trouver quelques bonnes directions à prendre pour la suite. Et puis en ce 21ième siècle, garder contact via les réseaux sociaux est chose aisée...alors faisons-le, buvons un thé avec Muyao, sur Skype. Et regardons ensemble le soleil : elle, à l'Ouest, se coucher; et moi, à l'Est, se lever.