Des cigales dans les arbres. Non, nous ne sommes pas au bord de la Méditérannée, mais à 10 km de Bergerac. A Mouleydier exactement, petit bourg paisible au bord de la Dordogne, douce rivière du sud-ouest français. Durant une de ces belles journées d'août 2015, le site des écluses des Tuilières, un des plus bel équipement hydraulique de ce type en France, paraît-il, est occupée par un magnifique groupe de volontaires internationaux apportant une goutte d'eau à l'entretien de ce patrimoine.

Une douce rivière. Dordogne, douce rivière, proche de ta cousine Ain, quoique plus sombre et peut-être plus eutrophe. Une rivière longée de ces magnifiques écluses; des canaux aux promenades bucoliques sous un chaud soleil. Une rivière qu'il fait bon photographier. Comme en cette matinée, à Couze, une commune voisine, où un autre chantier international fait doucettement grandir quelques identités. Car qu'on se le dise, avec les échanges interculturels, accessibles à tous, par tous, pour tous, nos identités grandissent sans cesse.

P1060517

Une atmosphère magique, un doux matin d'août 2015, à Couze, Dordogne

P1060506

Des écluses et des canaux. Et qui dit rivière, dit habitants. Qui dit habitants, dit territoire. Et qui dit territoire, dit aménagement. Et le long de la Dordogne, un barrage, des écluses, des canaux. Et des reflets magnifiques.

P1060597

P1060393

P1060398

P1060399 g

P1060599 

Des Terriens. D'ici ou d'ailleurs. Car rappelons-le, un chantier international doit permettre de se faire rencontrer des Français et des internationaux pour partager un peu d'humanité dans ce monde difficile. Emanciper quelques résistances, ouvrir de nouvelles perspectives par la rencontre internationale...mais alors, qui sont-ils, ces jeunes adultes de la planête Terre qui ont envie de faire une petite action utile. Car souvent, une action simple est déjà une grande action. Petites présentations, par eux-mêmes.

TEMP MANU3

Jacob a entendu parler du service volontaire international via sa copine Katérina...le bouche à oreille, principal moteur de l'inscription de jeunes terriens sur les chantiers : salut ! Mon nom est Jacob. Je suis de République tchèque, à Prague. J'ai 22 ans et étudie la chimie. C'est mon premier chantier, alors je ne savais pas trop à quoi m'attendre. J'ai été surpris en bien par cette expérience. J'ai rencontré de nombreuses nouvelles personnes, que ce soit les volontaires de différents pays ou les habitants accueillants de Mouleydier.

P1060251 

Chen est la première habitante de Taïwan avec qui j'échange. C'est une chouette personne, très expressive, et elle nous livre une petite présentation de son ressenti : bonjour ! Je suis Chen. Je viens de Taïwan et ai 21 ans. Je suis étudiante à l'université, en littérature chinoise. Je devrais être diplômé l'année prochaine. Ensuite, j'aimerais être journaliste. J'aime le voyage et le contact avec d'autres personnes dans le Monde, et ce chantier international me donne l'opportunité de voyager et vivre dans un endroit où je ne suis jamais allé. Dans ce projet, je vis et travaille avec 14 autres personnes (plus les 10 autres personnes de Couze), et la plupart du temps j'ai l'impression que je n'ai besoin que de parler, rire, manger...avec tout le monde. La vie ici est simple, mais abondante Je pense que je vais chérir ces souvenirs à propos de ces journées. Par exemple, regarder les étoiles dans le ciel; travailler avec d'autres personnes; visiter des petits villages; cuisiner, faire la vaisselle; nager dans la rivière; faire du vélo dans la forêt; apprendre des nouveaux mots dans des langues étrangères; j'apprends beaucoup !

P1060357

Giyeong-Jin, elle, vient de Corée du Sud. A 19 ans, elle est une jeune étudiante en première année d'une école formant à l'administration policière: mon premier objectif était de voyager en Europe...puis, celui-ci a évolué, du fait que j'aime rencontrer d'autres personnes et apprendre sur d'autres cultures. Ce chantier international est une expérience très très spéciale pour moi, et très mémorable. Nous sommes 15 personnes ensemble, vivant ce projet. Le travail est parfois fatiguant, mais j'apprends beaucoup des autres cultures et me fais des amis de plus en plus proches. En premier lieu, je croyais que les personnes asiatiques et européennes étaient différentes. Par exemple, dans leur manière de penser et d'agir...mais cette représentation a évolué. Nous sommes pareils. Comme résultat, je dois dire que ce chantier international à Mouleydier et très important, c'est une grande expérience !

P1060356

IMG_3620

Giyeong-Jin, Chen et Jacob avec Mad, Guinéen rencontré à Laurenan

Giyeong-Jin est probablement venue sur ce projet via la principale structure du Service Volontaire International en République de Corée : International Workcamps Organisation, (IWO). Et si on allait faire un petit tour sur son site web ? Il s'agit d'une ONG qui propose des chantiers en Corée et envoie les volontaires coréens sur les projets des partenaires mondiaux. Date de création : 1999 ! Frais de participation pour les volontaires coréens, sur les projets en Corée : aucun. Son principal objectif :  la Glocalization, à savoir amener le Monde en Corée du Sud et faire en sorte que la Corée du Sud soit ouverte au Monde. Ses activités principales se résument en deux mots : Global Education. G: Growing and Training Youth and Volunteers. L : Leading a new paradigm in the field of non-formal education. O: organizing International Voluntary Services. B : Building Intercultural Programs. A: Arranging international conferences and seminars. L : Learning and understanding diverse cultures. Une association ayant 15 ans d'âge, et qui envoie environ 1800 Coréens sur les projets européens. Cela reste une goutte d'eau dans l'océan. Mais elle est belle.