29 oct. 08

France/Guyane - Une plage de Cayenne: Montravel

La Guyane: de l'eau salée, de l'eau saumâtre, et de l'eau douce! En ce dimanche 19 octobre, l'activité principale de la ville de Kourou n'était pas un concours de pétanque, mais bel et bien un évènement original pour un métro fraichement arrivé: une course de pirogue intitulée "les maîtres de la pagaie".

P1000335

Cette course, qui se déroule à bord de pirogues traditionnelles de 12 mètres, a pour objectif, au-delà de son esprit sportif, de permettre l'expression de toutes les identités et spécificités guyanaises, comme le dit si bien l'association Terre de jeux, qui en est à l'origine. Ici, cette attraction n'est pas unique, et un certain nombre d'autres communes organisent des courses similaires. Après cette matinée fort ensoleillée et chaude, c'est à Cayenne que s'est déroulée la suite des évènements. Et à travers ce message, je compte vous présenter la plage de Montravel, petite plage très agréable de Cayenne, mais qui, pour la petite histoire, fait partie des plages qui pourraient être interdites lors de la mise en application de la nouvelle réglementation sur la qualité des eaux de baignade.

P1000346

Le coucher de soleil est également un très bon moment pour s'exercer à mettre en valeur un ciel de toute beauté, notamment grâce à certains réglages de l'appareil...Quelle est ma première impression sur les plages de Guyane? Pour les trois que j'ai vu, je les trouve sauvage, naturelles et peu ou pas entretenues. Cela veut aussi dire qu'elles ne sont pas très propres. A Rémire, banlieue huppée de Cayenne, les trois kilomètres de plage ne possèdent pas une seule poubelle...d'où un certain nombre de déchets. Ici, cela est commun, et je vous en reparlerai. Par contre, elles sont aussi faiblement peuplées, y compris le week-ends...On est très loin des plages de métropole. Et puis, il y a aussi cette eau de couleur grise, du moins sur les premiers kilomètres, un eau qui n'invite pas le touriste à venir en Guyane, et dont la couleur est due au charriage sédimentaire du fleuve Amazone, dont l'embouchure est pourtant situé à plusieurs centaines de kilomètres, à l'est. La carte satellite ci-dessous (source) montre très bien cet impact.

carte_guyane

Pour résumer, une couleur grise peu entraînante (ne venez pas ici si vous cherchez des eaux bleues...), des plages assez préservées, parfois sales, faiblement fréquentées, et où les kiteurs se font plaisir...

P1000368

Posté par Emmanuel_M à 17:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

27 oct. 08

France/Guyane - Première présentation avec Mlle Amazonie

Hé oui, une toute première présentation de Mademoiselle Amazonie s’impose, après trois semaines passées en Guyane. Amazonie...quel nom évocateur, synonyme de tellement d’éléments flous, évoquant la peur de l’inconnu, l’aventure, la nature vierge de traces humaines...et des l’enfance, je l’imaginais cette Amazonie, je la lisais et la découvrais au fil de quelques livres qui me laissaient réfléchir...m’imaginais-je la découvrir un jour ? Je ne sais pas, je ne crois pas...l’Amazonie paraît si lointaine quand on est enfant. Ce n’est pas la forêt vierge que je vais vous conté, mais la forêt touchée par l’Homme, qui est cependant très dépaysante. Je vous présenterai un peu mieux cet écosystème immense et fragile, surnommé le poumon de la terre. Mais pour l’instant, laissez-moi vous présenter quelques photos introductives à l’Amazonie française.

C’est ainsi qu’en ce vendredi 17 octobre je m’en suis allé très légèrement dans la forêt en compagnie de nouveaux compagnons de route (en l’occurrence des « compagnonnes ») pour prendre un petit bain de vie dans une crique d’eau d’un ruisseau s’écoulant de la colline... Il s’agit de la deuxième crique que je rencontre, après une première –plus grande – vers Kourou, ou s’alliaient l’eau et la terre dans une belle couleur, un peu au brun or de l’Irlande tourbeuse...Celle-ci, située « colinne de... », fut tout aussi intéressante. Voila quelques photos prises sur les quelques centaines de mètre à faire pour y arriver.

Pris par l’envie de me baigner, j’ai tout simplement oublié de prendre une photo de la crique en elle-même, qui soit dit en passant étant petite et peu alimentée en eau, saison sèche oblige.

P1000280 P1000279bis

P1000283

P1000311

Voila donc ces 4 premières impressions de la forêt amazonienne. Ce ne sont pas des « impression soleil levant », mais plutôt des « impressions contre-jour » pour les deux premières, « déprogrammées » par une option de mon appareil photo que je n’avais pas sur le TZ3 (j’ai aujourd’hui son grand frère le TZ5). La forêt laisse parfois des traces...J’ai probablement du un peu trop flirté avec une branche ou une feuille qui ne m’appartenait pas...C’est ainsi que je me suis fait quelques copines en redescendant vers la voiture : une trentaine de minuscules insectes d’environ 1mm, qui a les regarder de plus prêt, ressemblaient à des tiques...30 tiques a enlevé une par une donc...Je vous rassure, ce n’est tout de même pas commun. Bienvenue en Amazonie! Pour conclure cette petite introduction, je vous presente Mlle Stephanie et sa banbine Angela.

guyane2

Posté par Emmanuel_M à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 oct. 08

France/Guyane - Du coté de la nature: découvertes ornithologiques

S’il y a un regret que je pourrais avoir (mais que je n’ai pas) lors de la présentation de mon séjour irlandais, c’est éventuellement le nombre trop limité de messages sur la nature et l’environnement de l’île d’Emeraude... Il faut dire aussi qu’ ici, en Guyane, à part éventuellement ceux en sable, il n’y a pas de châteaux, forcément. Non, ici, mon impression est que les découvertes urbaines seront moyennement intéressantes... Cayenne de nuit semble, d’après la seule soirée que j’y ai faite, être encore plus calme qu’Annemasse...mais où est passée toute cette population guyanaise de moins de 25 ans, qui représente, comme en Irlande, pourtant 50% de la population totale ? Non... je ne pense pas, à première vue, que les villes de Cayenne et Kourou soient réellement intéressantes à présenter comme le fut Dublin ou Grenade...En plus, ce sont des villes bien plus petites, ne l’oublions pas! Et bien sur, cela ne m’empêchera pas de le faire quand même ! Je pense que la Guyane se découvre pour autre chose, pour ses cultures, pour ses écosystèmes, sa faune et sa flore...Je vous présenterai donc l’état d’avancement de la gestion de l’environnement (déchets, énergie, eaux etc) en Guyane, mais ce message, j’y viens enfin, a un autre but : vous faire découvrir les oiseaux des jardins guyanais...Hé oui, les personnes qui me connaissent savent que j’ai un vrai plaisir de gosse à observer les oiseaux ...je vais donner quelques détails sur chaque espèce, ce qui peut être n’intéressera pas tout le monde, mais bon, ça m’incite à rechercher l’information dans ce beau livre qu’un papa nommé Noël m’offrit en décembre 2006...

Gepog

Certaines photos ont été recadrées et agrandies à l’aide de l’appareil photo, ce qui a pour conséquence de mieux voir les oiseaux mais aussi de diminuer considérablement la qualité de l’image...Ainsi, pour commencer, faisons honneur à l’oiseau qui me plait le plus dans ce jardin, et qui semble être un Émeraude orvert. Trouvez le ici...ce devrait tout de même être assez simple.

P1000245

Ce très petit colibri (7.5 cm) est un hôte régulier des milieux ouverts (lisières de forêt, broussailles, savanes, terrains cultivés, jardins) et est ainsi assez fréquent autour des cohabitations. Celui que j’ai pris en photo est une femelle...Comme tout colibri digne de ce nom, il se nourrit principalement du nectar des fleurs. Il est intéressant de souligner que les 330 espèces de Trochilidées (colibris) se rencontrent exclusivement en Amérique,sous toutes les altitudes, latitudes et écosystèmes: on peut ainsi observer des colibris de l’Alaska à la Patagonie! Pour moi, c’est une petite surprise. Voila une autre photo agrandit avec l'appareil.

P1000266

Parlons ensuite du piaf local, le Tyran Quiquivi. Tous les guyanais connaissent ce passereau de 22 cm, et surtout le reconnaissent à son chant caractéristique, «qui-quiviii !». Il s’agit en fait d’un des oiseaux les plus communs d’Amérique du Sud, et ce surnom lui colle à la peau (euh non, aux plumes) dans plusieurs pays. D’ailleurs, ses potes les Tyrannidés se retrouvent, comme les colibris, sur l’ensemble du nouveau Monde.

P1000169 P1000168 P1000108

Ensuite, le merle leucomèle. Il est le cousin guyanais du merle noir de métropole...Il existe  4 espèces de merle en Guyane... Hé oui mon gars, t’es pas le seul ici à avoir ton joli chant de merle! T’as beau être une espèce très commune sur le littoral, t’es pas tout seul ! Hé puis fais comme tes semblables du Surinam, copule toute l’année au lieu de te limiter à la saison sèche. Punaise ils sont vraiment débiles ces merles !!!

P1000180

Continuons ensuite avec la présentation de l'élénie à ventre jaune, qui est elle aussi assez commune sur le littoral de Guyane et fréquente les zones ouvertes tels que les abattis, les pâturages, les savanes mais aussi les jardins. Un agréable petit passereau qui ferait bien d’aller chez le coiffeur et d’arrêter de se prendre pour un punk. En tout cas, ici, si elle souhaite devenir un punk à chien, elle le pourra facilement : hé oui, il y a beaucoup de chiens errants en Guyane, et pas que des vilains.

P1000267

Voila cette brève présentation de mes premières découvertes ornithologiques...La Guyane m'en réservera bien d'autre, c'est une certitude! Je partagerai donc sur ce blog quelques découvertes ornithologiques. Une manière simple de faire vivre un de mes centres d'intérêt: le partager !

Posté par Emmanuel_M à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 oct. 08

France/Guyane - Arrivée et installation à Cayenne

Ça y est, le pas est franchi! Après un mémorable week-end ou j'ai pu revoir nombre de personnes que j'apprécie, je prends donc l'avion et découvre le confort des longs courriers d'air France comparée aux trajets intra-européens...Le vol se déroule bien, 9 heures direct Paris-Cayenne qui finalement passeront assez vite, entre découverte des dernière aventures d'Indiana Jones, repos, musique et lectures variées...Puis arrive la coté sud-américaine et voilà ainsi la première image que je garderai à vie de la Guyane et qui résumé assez bien l'environnement de ce département.

P1000020

Puis on s'approche de la piste, la nature prend le dessus sur tout le reste...un rapace plane au dessus de la forêt, et déjà je suis émerveillé par cette toute première approche d'une des zones à la plus grande biodiversité du monde...L'avion atterrit, de l'eau coule sur les ailes...est ce le signe de bienvenue d'un taux d'humidité autour de 90-95% ? En tout cas, à la descente de l'avion, on ressent cette chaleur importante: 32° cet après-midi là. Je suis dans la partie la plus chaude de la saison sèche: je tombe au meilleur moment, ou au pire, je ne sais pas...Mais après quelques jours, je peux vous le dire: JE TRANSPIRE SÉVÈRE BORDEL! Mais bon, avec un bon ventilo...

P1000022 P1000024 P1000025   

Ayant deux jours avant de commencer le boulot au rectorat, j'en profite pour aller chez un ami d'enfance Éric et découvre de suite de beaux paysages guyanais: forêt primaire, savanes, fleuves...Une petite place me permet de faire mes quelques découvertes ornithologiques, avec le "piaf" local, plus scientifiquement appelé le Tyran Quiquivi, passereau qu'on trouve du sud des États-Unis au Nord de l'Amsud. Voici également une photo d'une plage vers Kourou.

P1000128

  P1000047

Bref, après cette première journée à découvrir également les fruits du marché de Kourou, je m'en vais d'un pas soulagé à Cayenne, chez une femme contactée via couchsurfing. Je vis en maison, avec terrasse et au calme, à proximité de la forêt. La haie séparant la maison du voisin est composée de crottons, de bougainvilliers, d'hibiscus et autres plantes qu'on trouve bien sur en Europe, en jardinerie ! La photo ci-dessous est une fleur de frangipanier, dont l'odeur ressemble à celle du Monoï ou de l'ilang ilang, bref, une sorte de gel douche sur pied et sans eau :).  

P1000088 

P1000086 P1000057

P1000062

Haie de crotons

Alors que je décortique un peu ces plantes, un petit bourdonnement surgit, et un colibri s'approche de la plante que je vise...coup de bol donc, j'arme, attends qu'il réapparaisse (ces oiseaux ont des capacités d'accélérations énormes), et le fixe pour l'éternité. C'est une espèce de colibri, qui selon mon livre du GEPOG sur les oiseaux de Guyane, est tout de même assez commune dans les jardins...mais quel belle observation! Toutefois, il existe 31 espèces de colibris différentes ici...j'aurai donc le temps d'en voir d'autres, et je l'espère, de les photographier.

Tem 

Ce jardin guyanais offre de nombreuses possibilités de photos colorées, plus ou moins originales et en tout cas une bien belle nature urbaine.

P1000174 P1000146

Je vous présenterai quelques photos du quartier prochainement, et ouvrirai des thématiques plus naturalistes, professionnelles, alimentaires, culturelles, historique et personnelles. Tout va bien donc, après 10 jours passés en terre guyanaise...un département assez mal réputé, et dont j'aurai un avis plus fondé dans quelques mois.

Posté par Emmanuel_M à 20:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :